Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

Une loi de Finances sans signature particulière

06.01.2014 - 10:09
Le projet de loi de Finances 2014 (PLF)  est un budget qui «n’a pas une signature particulière» et qui ne peut être considéré comme un budget d’extension ni d’austérité, a affirmé Lahcen Achy, chercheur en économie au Centre Carnegie du Moyen-Orient à Beyrouth.
«Je ne peux pas le considérer comme un budget d’extension ni d’austérité, car les dépenses courantes n’ont pas été touchées et on voit une hausse des dépenses courantes du gouvernement, conjuguée à un ajustement à la baisse des dépenses d’investissement qui ont été réduites l’année dernière de 15 milliards de dirhams (MMDH)», a expliqué M. Achy dans un entretien à la MAP.
Les dépenses d’investissement devraient atteindre cette année 49 MMDH, un montant inférieur aux prévisions pour 2013, a-t-il déploré, estimant qu’il s’agit d’un “budget de continuité” du PLF 2013 plutôt que de rupture.
«C’est le premier budget qui arrive après les assises fiscales organisées en avril 2013, avec la persistance des exemptions et exonérations sans qu’il y ait un rapport d’évaluation de leur pertinence», a dit cet expert joint par téléphone. Selon lui, la fiscalité agricole reste «très symbolique» puisque le projet de loi prévoit que seules les exploitations agricoles, qui ont un chiffre d’affaires supérieur à 35 millions de dirhams (MDH), vont être taxées à partir de 2014.
«Je me demande quelles sont les exploitations agricoles qui ont ce chiffre d’affaires!», s’est interrogé ce professeur à l’Institut national de statistiques et d’économie appliquée…. Lire la suite

Autres articles