Revue de presse des principaux journaux Marocains

L'OPINION

Le groupe « Africa’n percu » en concert au campus de l’Université Akhayn d’Ifrane

01.09.2015 - 23:35

Après leur concert à Imilchil et ses Ksours, dont Kser Agdal ou ils ont animé des soirées musicales, notamment au profit des participants au Forum des acteurs du tourisme rural et de montagne, organisé les 25 et 26 Aout 2015, à Agdal, par l’Association Akhiam pour le développement économique et social, les jeunes percussionnistes du Groupe « Africa’n percu », en tournée au Maroc, a été appelé à se produire samedi 29 Aout 2015, notamment avec un groupe de Dekka Marrakchia, devant un grand public de mélomanes parmi les étudiants de l’Université Al Akhawayn d’Ifrane, à qui il a donné plaisirs et émotions, en cette fin de saison estivale de la ville d’Ifrane et début d’année universitaire.
Auparavant, la localité d’Agdal, au fin fond du haut Atlas Oriental, dans la Région d’Imilchil, a vibré, mardi 25 août dernier, aux rythmes des airs de cette extraordinaire flute de Boughanim et ces percussions d’Africa’n percu. Cette rencontre a été animée les huit jeunes percussionnistes de la Région Bordelaise, en France, composant le groupe musical « Africa’n percu » et par trois poètes de la région d’Imilchil, accompagnés par Boughanim, un jeu de clown typiquement de cette région mais qui est malheureusement en voie de disparition puisqu’il n’en reste plus que trois.

Un sentiment de nostalgie
Ayant dépassé les 60 ans, Boughanim porte un costume bizarre fabriqué de plumes de coq. Il chante avec sa flute accompagné d’un percussionniste. Cette rencontre a certainement réveillé un sentiment de nostalgie ancrée dans la mémoire collective des Imazighens de cette région du Haut Atlas.
Boughanim n’était pas un simple animateur, mais un véritable engagé qui traitait de tout, du politique, du culturel, de l’humour, du contexte local, des évènements liés à la période, de blagues…
Le spectacle a souvent lieu à ciel ouvert, dans un endroit spacieux, et démarre souvent au coucher du soleil. Pendant la nuit, ce sont les habitants qui se chargent de l’éclairage en ramenant leurs lampes à pétrole durant les premières années et à gaz quelques années après. Le seul vœu des habitants est que cette tradition se revivifie et soit pratiquée parmi les jeunes générations.

Une solide expérience de la scène
« Africa’n percu » a été crée en 2011 autour de quatre musiciens : Morgane aux percussions, Tony à la basse, Aurélien au balafon et Clément à la batterie.
Le groupe était au départ un projet ponctuel, pour une date précise, mais l’expérience ayant été concluante, les musiciens ont décidé de poursuivre pour quelques concerts supplémentaires.
Les répétitions se multiplièrent ainsi que les concerts. De nouvelles compositions virent également le jour et au fur et à mesure « Africa’n’percu » à pu se forger une solide expérience de la scène. Parmi les dates marquantes, il faut noter le concert du 5 octobre 2012 à la salle Bellegrave de Pessac; cette soirée était d’ailleurs l’occasion de découvrir le dernier membre arrivé dans le groupe : Doogy Jah, un toaster Bordelais. Julien, le nouveau guitariste, intégra le groupe en 2013 pour lui donner un nouvel élan.
Après des concerts tel que le Reggae Sun Ska 2014 et le Printemps de Bourges, Dougy Man a quitté le groupe laissant ainsi la place à Pierroots et Dougy, les deux nouvelles voix d’Africa’n’Percu.
Le groupe développa ainsi avec cette toute nouvelle formation  un mix des influences de chacun autour du Reggae et il a déjà pu se produire sur quelques belles scènes, telles que les 20ans du Reggae Sun Ska, à Cissac, en février 2015, et la première partie de Johnny Clarke et Jah9 à la Rock School Barbey le 27 Mars 2015.
«Mariant des sons d’Afrique de l’ouest aux rythmes jamaïcains, Africa’n’Percu distille un savoureux cocktail de grooves tropicaux. Dégustez-le sans Modération.»

» Source de l'article: lopinion

Autres articles