Revue de presse des principaux journaux Marocains

Social

Coronavirus : Aucun cas enregistré au Maroc

31.01.2020 - 15:37

Le Royaume a pris des mesures préventives en surveillant les ports et aéroports

Pour prévenir la propagation du virus, le ministère a entrepris le renforcement du système national de veille et de surveillance épidémio-logique, la mise au point du dispositif de diagnostic virologique, ainsi que le déploiement des mesures de contrôle nécessaires.

Le nouveau coronavirus appelé «2019-nCov» continue sa progression dans le monde. Le virus a touché plusieurs pays depuis sa propagation à partir de Wuhan, dans le centre-est de la Chine. Depuis son apparition en décembre 2019 dans le marché à Wuhan, le nombre de victimes augmente de jour en jour. Le bilan arrêté au dimanche 26 janvier fait état de 56 morts et près de 2.000 personnes contaminées. La quasi-totalité des victimes se trouvait dans la région de Wuhan. Le président chinois Xi Jinping a reconnu samedi que l’épidémie «s’accélère» et que la Chine faisait face à une situation «grave». Au Maroc, le ministère de la santé a réagi en publiant deux communiqués. Dans le premier, diffusé vendredi 24 janvier 2020, le ministère de tutelle rassure les citoyens en signalant qu’aucun cas n’a été enregistré au Maroc.

«Depuis l’annonce de l’apparition de cas de pneumonie dus au nouveau type du virus Corona en République Populaire de Chine le 31 décembre 2019 et à la date d’aujourd’hui, aucun cas de maladie n’a été enregistré dans notre pays», indique le communiqué. Cela dit, pour prévenir la propagation du virus, le ministère a entrepris le renforcement du système national de veille et de surveillance épidémiologique, la mise au point du dispositif de diagnostic virologique, ainsi que le déploiement des mesures de contrôle nécessaires.

Le samedi 25 janvier, le ministère de la santé annonce que le Maroc a instauré le contrôle sanitaire aux ports et aéroports internationaux, en vue de détecter précocement tout éventuel cas importé et d’enrayer la propagation du virus, le cas échéant. Le ministère a affirmé dans son nouveau communiqué qu’il continue de considérer que «le risque de propagation du virus sur le territoire national est faible et confirme, encore une fois, qu’aucun cas suspecté ni confirmé n’a été enregistré à ce jour». La tutelle a également affirmé que la prise en charge d’éventuels malades est désormais opérationnelle. Par ailleurs, l’ambassade du Maroc à Pékin a mis en place, samedi, une cellule de crise au profit des membres de la communauté marocaine établie en Chine pour suivre de près leur situation face à la propagation du coronavirus dans les principales grandes villes de la Chine. La cellule de crise est joignable aux numéros : +8618701156920/ +8615652198381 et à l’adresse électronique: [email protected] Il faut également signaler qu’une cellule de crise a été mise en place par le ministère des affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, joignable sur le numéro : +212661336854.

Dimanche, les Etats-Unis ont annoncé qu’ils organisaient l’évacuation de leur personnel diplomatique et d’autres ressortissants américains bloqués à Wuhan. D’autres pays prévoient des évacuations de la ville et de sa région, mises de facto en quarantaine. C’est notamment le cas de la France qui envisage une évacuation par autocar de ses ressortissants en lien avec les autorités chinoises, a annoncé vendredi le Quai d’Orsay, le ministère des affaires étrangères. La date de ce transfert n’a toutefois pas encore été précisée. Wuhan et sa région sont placées de facto en quarantaine depuis jeudi afin de prévenir une nouvelle propagation de la maladie. Au total, 56 millions de personnes sont coupées du monde.

Les pays et territoires touchés par le virus

Chine : Le dernier bilan officiel en Chine fait état de 56 morts et près de 2000 personnes contaminées. Six cas ont été enregistrés dans la région autonome de Hong Kong. Plusieurs de ces personnes ont séjourné à Wuhan. Cinq cas ont été signalés dans la région autonome de Macao. Le premier a été annoncé le 22 janvier. Il s’agit d’une femme d’affaires de 52 ans arrivée trois jours plus tôt en train de la ville voisine chinoise de Zhuhai.

Thaïlande : Cinq cas ont été notifiés. Il s’agit de quatre Chinois de Wuhan et d’une Thaïlandaise qui avait séjourné dans cette ville.

Australie : Quatre cas ont été confirmés le 25 janvier en Australie. Le premier malade est un homme arrivé de Wuhan à Melbourne une semaine auparavant. Les trois autres ont également récemment séjourné en Chine.

Malaisie : Quatre cas ont été signalés. lls concernent quatre Chinois de Wuhan venus passer des vacances en Malaisie. Parmi eux, une femme de 66 ans et deux jeunes garçons arrivés deux jours plus tôt via Singapour ainsi qu’un homme de 40 ans entré dans le pays à bord d’un autocar avec un groupe de touristes chinois.

Singapour : Quatre cas ont été confirmés. Le premier a été annoncé le 23 janvier : un homme de 66 ans arrivé de Wuhan trois jours plus tôt. Son fils de 37 ans, qui l’accompagnait, a aussi été testé positif. Tout comme une habitante de Wuhan âgée de 52 ans arrivée le 21 janvier. Le dernier cas a été annoncé dimanche, il s’agit d’un homme de 36 ans arrivé mercredi.

France : Trois cas ont été signalés. Ce sont les premiers cas déclarés en Europe. Ils ont été confirmés le 24 janvier, l’un à Bordeaux (sud-ouest), les deux autres à Paris. Les trois malades avaient récemment voyagé en Chine.

Japon : Trois cas confirmés. Le premier est celui d’un trentenaire qui a dû être hospitalisé le 10 janvier après être rentré quelques jours plus tôt d’un séjour à Wuhan. Deux habitants de cette ville chinoise ont également été testés positifs.

Taïwan : Trois cas. Le premier est celui d’une femme d’une cinquantaine d’années arrivée le 20 janvier en provenance de Wuhan, où elle habite.

Corée du Sud : Trois cas. Le premier est celui d’une Chinoise de 35 ans arrivée en avion à Séoul le 19 janvier en provenance de Wuhan. Deux cinquantenaires qui travaillaient dans cette ville du centre de la Chine ont aussi été testés positifs.

Etats-Unis : Trois cas. Un homme d’une trentaine d’années ayant séjourné dans la région de Wuhan a été hospitalisé près de Seattle (côte ouest), où il était retourné le 15 janvier, ont annoncé le 21 janvier les autorités. Un deuxième cas a été enregistré le 24 janvier, celui d’une sexagénaire arrivée de Wuhan le 13 et habitant Chicago. Un troisième cas a été confirmé dimanche en Californie. Il s’agit d’un voyageur en provenance de Wuhan, dont l’état n’est pas jugé préoccupant.

Vietnam : Deux cas. Il s’agit de deux Chinois, un homme arrivé au Vietnam le 13 janvier en provenance de Wuhan et son fils habitant à Ho Chi Minh-Ville, qu’il a ensuite contaminé, ont annoncé le 23 janvier les autorités.

Nepal : Un cas. Il a été a été annoncé le 24 janvier. Il s’agit d’un homme de 32 ans de retour le 9 janvier de Wuhan.

Canada : Un cas présumé. Il a été détecté à Toronto chez un homme d’une cinquantaine d’années qui avait séjourné à Wuhan et arrivé le 22 janvier.

Vaccin contre le coronavirus : Les premiers essais cliniques dans quelques mois

Les coronavirus forment une vaste famille de virus qui sont à l’origine de diverses affections, allant du rhume banal à des maladies plus graves comme le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). L’OMS définit le « nouveau coronavirus» comme étant une nouvelle souche de coronavirus n’ayant encore jamais été identifiée chez l’homme.

Quant aux symptômes, ceux-ci dépendent du virus. Cela dit, les plus courants comprennent des troubles respiratoires, de la fièvre, une toux, un essoufflement et des difficultés respiratoires. Dans les cas plus graves, l’infection peut entraîner une pneumonie, un syndrome respiratoire aigu sévère, une insuffisance rénale, voire la mort. Par ailleurs, l’OMS signale que  certains coronavirus peuvent se transmettre d’une personne à l’autre, généralement à la suite d’un contact étroit avec un patient infecté, par exemple au sein d’un foyer, sur le lieu de travail ou dans un établissement de santé.

Pour ce qui est du vaccin contre les nouveaux coronavirus, l’OMS précise que lorsqu’une nouvelle maladie apparaît, un vaccin ne devient disponible qu’à l’issue d’un processus de mise au point des vaccins, qui peut prendre plusieurs années.

A ce sujet, la CEPI, un organisme chargé du développement de vaccins, a annoncé jeudi que les essais cliniques concernant un premier vaccin contre le nouveau coronavirus pourraient avoir lieu dans quelques mois. «Notre objectif est de faire en sorte que ces vaccins soient mis au point très rapidement et d’avancer très vite pour commencer les essais cliniques, peut-être dès l’été», a fait savoir Richard Hatchett, directeur général de la Coalition pour les innovations en préparation aux épidémies (CEPI).

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles