Revue de presse des principaux journaux Marocains

Social

Sur les 21.000 personnes vivant avec le VIH au Maroc, 40% sont des femmes

12.03.2020 - 22:02

Les discriminations qu’elles subissent rendent l’accès au dépistage difficile

L’Association de lutte contre le sida (ALCS) rappelle à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes qu’elles sont les premières victimes du VIH/Sida.  Au Maroc, sur les 21.000 personnes vivant avec le VIH, 40% sont des femmes et 70% d’entre elles ont été contaminées par leur mari. L’Association reconnaît qu’il est difficile de sensibiliser les femmes aux risques de contamination du VIH en raison de plusieurs obstacles qui entravent leur accès aux services d’information et de soins. L’un des principaux obstacles s’explique par le fait que les Marocaines sont totalement dépendantes de leurs maris, père, frère quant à leur mobilité et la prise en charge de leur santé. Ces discriminations qu’elles subissent chaque jour rendent l’accès aux services de prévention et de dépistage difficile. «Ces discriminations exacerbent l’exposition des femmes qui sont déjà les plus vulnérables face à l’épidémie», déplore l’association. Et pourtant, plusieurs programmes sont mis gracieusement à la disposition des femmes dans les centres de soins et d’écoute de l’association de lutte contre le sida.

Elle offre des outils de dépistage et de prévention, des séances de sensibilisation et d’écoute. En outre, l’association a mis en place des plates-formes d’écoute téléphonique et de messagerie au profit des femmes qui désirent s’informer à distance. L’éducation, les services de prévention du VIH ainsi que les services de santé sexuelle et reproductive constituent les principaux  moyens pour améliorer la santé des femmes et renforcer leur autonomie. Rappelons que 900 nouvelles infections  sont enregistrées  chaque année.

Le  plan stratégique national de lutte contre le sida 2017-2021 vise à réduire les nouvelles infections par le VIH de 75% d’ici à 2021 et  réduire la mortalité liée au sida de 60% d’ici à 2021. Il est aussi question d’ éliminer la transmission du VIH de la mère à l’enfant, réduire la stigmatisation et la discrimination liées au VIH et améliorer la gouvernance de la riposte nationale.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles