Revue de presse des principaux journaux Marocains

Social

Psychologie : Coronavirus, confinement et dépression : Les attitudes à avoir

31.03.2020 - 12:12

Dans une situation telle que celle-ci, le mental prend le dessus chez les plus vulnérables. Le comportement est affecté directement, dans ces cas, par l’humeur. En l’absence d’étude comportementale sur la situation de confinement au Maroc l’éclairage de Fouad Benmir, sociologue et professeur apporte un éclairage sur cet aspect. De son côté, l’hypnothérapeute, Maribel Perez Rahhali analyse, également la situation actuelle et propose des conseils pour dépasser l’émotion, le stress, l’angoisse. Les détails.

Le confinement est nouveau au Maroc et nous ne disposons pas d’études précises sur le sujet. Fouad Benmir, sociologue et enseignant chercheur rappelle cela dit l’importance de l’espace dans lequel les personnes sont confinées sur le mental. «Quand on vit dans un espace de 50 mètres carrés confiné ce n’est pas la même chose  que dans une villa où il existe un espace pour bouger et çà ça joue sur le psychisme», explique le spécialiste.

Le stress, la tristesse, la peur, l’inquiétude et même dans certains cas des violences conjugales sont induits par l’inconnu car la situation de confinement est nouvelle au Maroc.

Les enfants à la maison aussi augmentent les tensions car les parents n’ont pas l’habitude de les garder toute la journée. Toutes les habitudes sont bousculées…Fouad Benmir fait bien de le remarquer : «c’est aujourd’hui tout un mode de vie qui a changé du jour au lendemain. Et ceci pourra laisser des séquelles psychologiques chez les plus vulnérables. Maintenant c’est une phase qui ne va pas durer si les marocains appliquent scrupuleusement les instructions de l’administration marocaine.»

Les propos sont clairs. «La situation de pandémie va aiguiser les comportements et accélérer bien-sûr les dépressions». Face aux fake news et aux flux d’informations qui concernent l’ensemble de la planète, les personnes dépressives ou angoissées de nature ne peuvent que dramatiser la situation. Le sociologue met en garde sur cet aspect. Pour lui, «il est nécessaire de réorganiser sa vie et gérer cet état. Il faut faire un programme pour vivre ces 30 jours dans une certaine aisance. Il ne faut écouter que l’information officielle, vérifiée pour ne pas être victime de n’importe quoi, colporté par les fakenews.»

Les mesures prises, d’ailleurs, par le ministère de l’Intérieur, à l’encontre des personnes véhiculant des informations biaisées, visent à protéger les citoyens. Et le confinement est nécessaire et salutaire. «Je pense que c’est un moment d’arrêt pour essayer de s’interroger et de se dire que la vie n’est pas une ligne droite de lumière. Des moments très difficiles peuvent en effet l’a ponctués. C’est l’occasion de parler aux enfants et de leur expliquer que la vie n’est pas simple et que parfois certaines choses inattendues arrivent et toute la Société  doit s’y adapter».

L’introspection est permise.

Diriger consciemment ses pensées positivement

Maribel Perez Rahhali, hypnothérapeute, coach en gestion des émotions donne son avis sur la question. Elle offre, gracieusement, ses services pour des consultations, à travers skype* aux personnes désireuses de dépasser leur cap d’anxiété, en cette période de crise sanitaire.

Les personnes déprimées ont une anticipation négative de leur vie présente ou à venir. Elles pensent et imaginent leur vie avec anxiété, peur et se voient en train de vivre les événements difficiles voire dramatiques et plus elles y pensent plus cela devient leur réalité. Cette façon de penser agit, automatiquement, sur leurs comportements créant ainsi leur cadre de vie, préjudiciable à une bonne santé mentale.  Car nous sommes depuis notre naissance des êtres d’apprentissage. Nous répétons de façon automatique, inconsciente donc instantanée nos processus intégrés comportementaux comme marcher, respirer mais aussi notre façon de penser…

C’est donc un cercle vicieux qui se renforce d’autant plus que la Société entière le pratique. Les  personnes doivent être, consciemment, vigilantes sur leurs pensées, les mots employés et leurs comportements. Agir volontairement avec détermination en transformant  les pensées en plus réalistes, plus raisonnables, plus sereines permettra aux individus de se sentir  automatiquement mieux et plus ils le feront et  mieux ils se sentiront !

Ainsi dans la situation, certes, difficile que vivent les personnes aujourd’hui, il s’agira pour résister, de confronter ses pensées sur son vécu à la réalité des faits comme pour changer de point de vue de telle sorte à prendre conscience de ce qui est bon pour soi :le temps pour le repos qu’apporte le confinement, de reconnexion à la vie personnelle, la présence et l’échange avec la famille, l’apprentissage avec de nouvelles capacités…

En dirigeant ainsi consciemment ses pensées positivement, le cercle des pensées devient vertueux et automatiquement le ressenti corporel devient plus vivable et plus agréable.

*https://hypnocoachmaribelp.wixsite.com/coachmarie

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles