Revue de presse des principaux journaux Marocains

Social

Covid-19 / Maroc : Le rebond des contaminations inquiète

26.06.2020 - 16:49

Les épidémiologistes multiplient les messages d’alerte face à l’arrivée d’une seconde vague

Les cas d’infection de coronavirus ont explosé au Maroc. Le bilan du ministère de la santé publié ce mercredi 24 juin à 10h fait état de 349 nouveaux cas entre mardi à 18h et mercredi à 10h portant le cumul à 10.693 cas confirmés depuis le début de la pandémie.

Le nombre de cas actifs a fortement augmenté en s’établissant à 2.053 cas. L’analyse de la répartition régionale fait ressortir une recrudescence des cas de contamination dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima avec 125 nouveaux cas, soit 673 au total, ce qui représente un pourcentage de 15,65%. La région de Laâyoune-Sakia El Hamra est la seconde région à avoir enregistré un nombre important de contaminations avec 94 nouveaux cas, portant le total à 157 (1,47%). Viennent ensuite les régions de Casablanca-Settat avec 92 nouveaux cas, soit un total de 3.155 cas (29,51%), Marrakech avec 20 nouveaux cas, ce qui porte le total à 1.803 cas (16,86%).
La région de Rabat-Salé-Kénitra a enregistré 8 nouveaux cas, soit un total de 1.669 cas (15,61%); la région de Fès-Meknès avec 6 nouveaux cas, soit un total de 1.142 cas ; Béni Mellal-Khénifra avec 3 nouveaux cas, soit un total de 139 cas, Guelmim-Oued Noun avec 1 nouveau cas, soit 69 cas (0,65%).

Quatre régions n’ont pas enregistré de nouveaux cas, à savoir Drâa-Tafilalet où le bilan demeure inchangé à 586 cas, Dakhla-Oued Eddahab avec toujours 9 cas, l’Oriental avec un bilan total de 201 cas et Souss-Massa avec un total de 90 cas. Le nombre de cas exclus après des résultats négatifs d’analyses effectuées en laboratoire est de 575.396, soit 10.564 tests négatifs réalisés entre mardi à 18h et mercredi à 10h. Ce nouveau bilan du ministère de la santé montre que la situation est loin d’être rassurante.
Le ministre de la santé Khalid Aït Taleb avait d’ailleurs révélé que bien que l’épidémie soit sous contrôle, le risque est toujours présent. D’où la nécessité de maintenir la distanciation physique et les gestes barrières.

Le ministre n’écarte pas la possibilité de revenir au confinement sanitaire. Tout dépendra de l’évolution de la situation épidémiologique.
Toujours est-il qu’avec la levée progressive de l’état d’urgence sanitaire, de nouveaux foyers de contamination pourraient apparaître au sein des familles et des unités industrielles. La discipline individuelle est indispensable pour éviter une nouvelle vague.

L’OMS tire la sonnette d’alarme

L’OMS s’alarme du nombre de nouveaux cas dans le monde. Lors d’un point de presse sur la Covid-19 tenu le 22 juin, le directeur général de l’Organisation, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a indiqué que certains pays continuent d’enregistrer une augmentation rapide du nombre de cas et de décès. «Des pays qui étaient parvenus à enrayer la transmission constatent maintenant que le nombre de cas repart à la hausse à mesure que les sociétés et les économies rouvrent», a-t-il déclaré.
Le DG avait déjà estimé, vendredi dernier, que l’humanité entrait dans «une phase nouvelle et dangereuse» alors que de nombreux pays ont entamé leur déconfinement au vu de l’impact désastreux de ce dernier sur les plans économique et social. L’OMS estime que tous les pays doivent trouver un équilibre subtil entre protéger leur population et veiller à limiter autant que possible les dommages économiques et sociaux.
Ces deniers jours, les épidémiologistes multiplient les messages d’alerte contre l’arrivée probable d’une seconde vague. Le virus pourrait bien voir son expansion favorisée par les conditions automnales ou hivernales. Épidémiologistes, médecins et virologues alertent sur le fait que le virus circule encore et pourrait revenir en force d’ici quelques mois.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles