Revue de presse des principaux journaux Marocains

Social

Arthrose, tendinites et autres lésions : L’injection par PRP sans risque pour le patient

17.09.2020 - 20:28

Entretien avec Dr Anis Achargui, médecin spécialiste en chirurgie orthopédique, traumatologie et médecine du sport

«La différence la plus significative entre les injections de cortisone et de PRP est que la cortisone masque la douleur et ne répare pas l’articulation/tendon blessé».

ALM : Tout d’abord qu’est-ce que la technique PRP (plasma riche en plaquettes), docteur ?

Dr Anis Achargui : Au cours des dernières années, on a beaucoup parlé d’une préparation appelée plasma riche en plaquettes (PRP) et son efficacité potentielle dans le traitement des blessures. De nombreux athlètes célèbres – Tiger Woods, la star du tennis Rafael Nadal et plusieurs autres – ont reçu du PRP pour divers problèmes, tels que des entorses aux genoux et des blessures chroniques aux tendons. Ces types de lésions étaient généralement traités avec des médicaments, une thérapie physique ou même une intervention chirurgicale.
La première réponse du corps à toute lésion des tissus est de délivrer des cellules plaquettaires. Les plaquettes relancent le processus de réparation et attirent l’aide essentielle des cellules souches. Le processus de guérison naturel de la thérapie PRP amplifie les efforts du corps en délivrant une concentration plus élevée de plaquettes par une simple injection.

Le PRP en tant que concept peut être représenté comme la fraction volumique du plasma sanguin, où la concentration de plaquettes est augmentée par rapport à la concentration sérique de base. Cette valeur idéale correspond à environ cinq fois plus que la normale. On peut l’obtenir grâce à un procédé unique de centrifugation et en utilisant des kits spéciaux qui permettent en plus de concentrer les plaquettes, de les séparer du reste des composants du sang (globules rouges, globules blancs ou leucocytes…). Cette notion de pureté est essentielle dans le procédé de guérison ; la présence de globules blancs dans le PRP pouvant affecter son utilisation, indépendamment de la concentration des plaquettes.

Les injections de PRP sont une procédure beaucoup plus simple que la chirurgie. Un échantillon du sang du patient est prélevé (similaire à un échantillon de test de laboratoire) et le sang est ensuite centrifugé à grande vitesse. Le plasma riche en plaquettes obtenu est ensuite injecté dans et autour du point de lésion. Aucun point de suture n’est nécessaire car seule une aiguille a été utilisée. La procédure prend moins d’une demi-heure, y compris le temps de préparation et de récupération. Effectuée en toute sécurité au cabinet, la thérapie PRP soulage la douleur sans risques de chirurgie, d’anesthésie générale ou d’hospitalisation et sans récupération prolongée. En fait, la plupart des gens reprennent leur travail ou leurs activités habituelles, juste après la procédure. Jusqu’à trois injections peuvent être administrées dans un délai de 3 mois, généralement effectuées à deux à trois semaines d’intervalle. Un soulagement considérable ou complet peut être enregistré dès la première ou la deuxième injection.

Dans quelle situation pathologique est-elle utilisée?

La thérapie par plasma riche en plaquettes (PRP) est utilisée pour accélérer la guérison des tendons, ligaments, muscles et articulations.
Dans le cas de l’arthrose caractérisée par une dégénérescence du cartilage articulaire, le PRP libère une concentration élevée de facteurs de croissance accélérant le processus de régénération dans le cartilage arthritique. Cette technique est bon marché et n’a aucun effet secondaire ou danger pour le patient.
L’efficacité du PRP pour le traitement des tendinopathies a été, largement, étudiée et a obtenu des résultats très majoritairement positifs. Les avantages de l’application, guidée par échographie du PRP pour les athlètes comprennent une diminution de la douleur et de l’enflure, une récupération complète des capacités fonctionnelles avant les délais habituels et la régénération du tissu musculaire au contrôle échographique.
Les applications de PRP ont été élargies pour les thérapies des tissus mous et osseux. Plus récemment, le PRP a été utilisé lors de certains types de chirurgie pour aider les tissus à guérir (ndlr : lésions cutanées).

Quels sont les bénéfices d’une injection PRP ?

L’injection de PRP activée dans sa forme liquide fournit des facteurs de croissance directement au site de la lésion tissulaire et amplifie ainsi la réponse de guérison spontanée dans les zones lésées et dans des niches cellulaires spéciales, qui seraient autrement inaccessibles. La combinaison du PRP liquide avec des techniques chirurgicales en chirurgie orthopédique permet un large éventail de stratégies thérapeutiques dans la prise en charge des blessures dans le domaine de l’orthopédie et de la médecine du sport.

Existe-t-il des risques à faire cette injection? Aviez-vous déjà enregistré des effets secondaires en pratiquant cet acte?

Parce que le PRP est dérivé du propre sang du patient, ce dernier ne court aucun risque d’avoir une allergie ou une réaction immunitaire.

Peut-elle remplacer l’infiltration qui est à base de corticoïdes et qui est connue pour être administrée très souvent lors des altérations du genou?

Il existe quelques différences vitales entre les deux traitements, mais la différence la plus significative entre les injections de cortisone et de PRP est que la cortisone masque la douleur et ne répare pas l’articulation/tendon blessé. Les injections de PRP, en revanche, ont des propriétés curatives qui favorisent la croissance cellulaire et la régénération tissulaire. L’autre problème avec les injections de cortisone est qu’elles empêchent également les ligaments et les articulations de guérir complètement, ce qui entraîne des blessures récurrentes plusieurs mois plus tard. Dans certains cas, elles provoquent une détérioration des os ou des ligaments voisins. Un amincissement de la peau peut également en résulter.
L’inconvénient de la thérapie PRP est que le soulagement de la douleur est relativement lent. Les patients ne ressentiront pas les effets immédiats comme ils le feront avec les injections de cortisone, mais ils le feront quatre à six mois plus tard. À ce stade, les traitements PRP sont supérieurs. Non seulement les bienfaits du soulagement de la douleur se feront sentir, mais il sera nettement plus efficace grâce aux propriétés régénératives du PRP. Au bout de 12 mois, les injections de cortisone ne peuvent pas rivaliser avec le PRP en termes de soulagement de la douleur ou d’avantages à long terme pour le corps.
Le traitement PRP est également beaucoup plus coûteux que les injections régulières de cortisone. Cette thérapie est connue pour retarder et même prévenir le besoin de chirurgies potentielles. Les personnes qui optent pour des injections de cortisone finissent souvent par avoir besoin d’une intervention chirurgicale pour leur maladie, soit parce que la zone a été privée de la capacité de guérir, soit à cause des dommages et de la détérioration des corticostéroïdes eux-mêmes.

Est-ce une technique courante au Maroc? Pourquoi n’est-elle pas remboursable par les assurances?

Depuis plusieurs années, la thérapie PRP est utilisée en Europe et aux États-Unis dans le traitement des lésions sportives et arthrosiques, notamment depuis 2011 et son autorisation par l’AMA, l’Agence mondiale antidopage. Au Maroc, l’intérêt pour cette technique est grandissant, même si le principal frein à son développement est son non-remboursement par les assurances-maladie au prétexte que le PRP est utilisé également en médecine esthétique et donc considéré par les assurances comme un produit de luxe.

Covid-19 : Quelques astuces pour ne pas se blesser en pratiquant son sport seul

Les salles de sport étant fermées, nombreuses sont les personnes qui ont acquis du matériel à la maison et ont démarré des programmes en ligne sans trop se soucier de l’état de leurs articulations. Dr Achargui apporte justement ici ses recommandations pour éviter des apparitions ou des aggravations de blessures sportives, le cas échéant.

Selon le praticien, «la pratique d’une activité physique est toujours recommandée, mais en temps de Covid-19 elle doit répondre à certains critères, tels qu’une pratique individuelle, d’une durée limitée, proche du domicile. Déjà, il s’agit de se fixer des objectifs réalistes, réalisables et durables». Après il faut planifier et se préparer. «Les personnes qui commencent un nouveau programme devraient, d’abord, voir un médecin pour éliminer toute contre-indication. Travailler avec un entraîneur personnel même à distance est souvent un moyen sûr et agréable de démarrer une nouvelle activité», explique le spécialiste. Tertio, il faut impérativement s’échauffer avant l’activité physique et s’étirer après. «Pour cela, je recommande de marcher légèrement ou de faire du jogging avant de commencer votre exercice, puis de nouveau par la suite pour aider vos muscles à se refroidir lentement. Une autre façon importante de prévenir les blessures consiste à augmenter votre flexibilité. Cela peut être fait en s’étirant avant et après une séance d’entraînement, mais il est préférable de le faire une fois que le corps est déjà chaud».

Quatrièmement, il s’agit de prendre son temps et ne pas forcer sur son corps très vite. «Car se mettre en forme ou apprendre un nouveau sport prend du temps. Autrement dit, il s’agit de prévoir suffisamment de temps pour augmenter progressivement les niveaux d’entraînement afin que le corps ait le temps de s’adapter aux contraintes sur les os, les articulations et les muscles», argumente à juste titre le médecin.
Il faut aussi écouter son corps. «Je recommande, ainsi, à ce stade d’ajuster les activités si le corps montre des signes de trop de stress. Alors qu’une douleur musculaire légère et de courte durée est généralement considérée comme une bonne douleur, celle dans les articulations n’est pas normale et est un signe qu’il faut réduire l’activité», conclut-il.
A suivre assurément pour préserver ses os !

Parcours Dr. Anis Achargui

Il est cofondateur du Centre orthopédique Orthos à Casablanca. Ancien chirurgien des hôpitaux et cliniques de Montpellier et Lyon, il est diplômé de la FIFA en médecine du football – Zurich, Suisse. Membre international de l’American Association of Orthopædic Surgery – AAOS, Dr Achargui est également membre associé de l’European Society of Sports Traumatology, Knee Surgery & Arthroscopy – ESSKA et de la Société internationale de chirurgie orthopédique et traumatologique – SICOT.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles