Revue de presse des principaux journaux Marocains

Social

Les «Atlantics Dialogues» démarrent leurs travaux : La Covid-19 vole la vedette

05.11.2020 - 16:06

La crise de la Covid-19 rebat les cartes dans plusieurs domaines. Elle a exacerbé les incertitudes qui planaient depuis déjà quelques temps sur l’avenir du monde.

Néanmoins, elle a dévoilé les transformations à l’œuvre sur la scène internationale. C’est dans ce contexte que se tient la conférence annuelle des «Atlantic Dialogues» du 3 novembre au 22 décembre 2020 par visioconférence sous le thème «La Crise Covid-19 vue depuis l’Atlantique Sud».
Organisés par le think tank marocain, Policy For the New South, pas moins de 15 webinaires sont programmés tout au long de ces deux mois dans le cadre des AD Talks 2020 avec des experts et des participants des quatre coins du monde afin d’échanger autour de cette thématique cruciale.
« Nous vivons actuellement dans un monde de grandes incertitudes avec des dynamiques compliquées et des changements structurels profonds qui affectent nos sociétés, notre avenir et celui de nos enfants », souligne Karim El Aynaoui, Président du Policy For The New South lors de la séance d’ouverture de cet évènement.
Au cours de ces échanges, la question de l’écart entre le Nord et le Sud, entre l’Occident et le reste du monde, dans la gestion de cette triple crise à la fois sanitaire, économique et sociale, prend une place centrale. La domination du modèle occidental est-elle révolue ? Faut-il s’attendre à une redéfinition des rapports Nord-Sud ? Comment la rivalité sino-américaine et la montée en puissance de la Chine modifieront-t-elles l’écart existant entre les pays développés et en développement ? Quel est l’avenir d’une mondialisation désormais contestée au Nord comme au Sud ? Autant de questions ont été abordés par les panélistes de cette première séance.

Changer de regard sur l’Afrique

L’Afrique connait de grands changements. Elle représente un potentiel grandissant pour le Nord mais aussi une opportunité pour les échanges commerciaux entre les pays qui en font partie. Lors de son intervention, Aminata Touré, l’ancienne Premier ministre du Sénégal a expliqué qu’il faut d’abord revisiter le concept de monde occidentale. Elle est revenue sur les évolutions qu’a connu le monde durant ces vingt dernières années et les rééquilibrages des différentes puissances géographiques.
A cet égard, l’émergence de la Chine marque la période passée et les possibilités d’accès aux marchés de financements offertes par ce pays a redéfini les relations entre le Nord et le Sud. Dans ce sens, les Brics se sont fait une place dans l’échiquier international. Pour l’ancienne premier ministre du Sénégal, il est important de dépasser les difficultés postcoloniales entre le Nord et le Sud pour aller vers de nouveaux concepts de coopération basés sur de vrais partenariats gagnant-gagnant.
Il faut aussi aller au-delà des stéréotypes comme ce fut le cas pendant la période de la Covid-19 où l’Afrique a été annoncé comme un continent qui connaitrait des millions de morts à cause de la pandémie. Jusque là, le continent reste moins touché que d’autres parce que les pays africains ont mis en place des politiques qui ont renforcé sa résilience. Pour Aminata Touré, il est essentiel que l’Occident et les pays du reste du monde changent leur regard sur l’Afrique. Parallèlement à cela, elle a mis l’accent sur le fait que les pays africains eux-mêmes doivent s’inscrire dans une dynamique collective économique. Elle fait référence à la Zone de libre-échange continentale africaine (ZELCA). Pour que les pays africains puissent réussir cette étape, il va falloir définir les règles du jeu. Pour ce faire, il faut renforcer le niveau d’échange intra-africain (qui n’est que de 20%) et changer de paradigme pour améliorer la compétitivité des entreprises africaines.

Gérer la rivalité entre les Etats-Unis et la Chine

Faire une évaluation de la gestion de la Covid-19 est nécessaire. Pour Hubert Vedrine l’ancien ministre Français des Affaires étrangères, l’humanité a intérêt à tirer des leçons de ce que nous vivons actuellement pour mieux agir collectivement dans l’avenir. Dans son intervention, il explique que c’est dans le multilatéralisme que l’humanité pourra rebondir. Il indique par ailleurs que la tension entre la Chine et les Etats-Unis va dominer durant les prochaines décennies.
Certains pays du monde arriveront à gérer cette rivalité entre ces deux puissances gardant de bons rapports avec elles alors que par exemple les pays européens pourraient se trouver dans une situation difficile. Pour lui, les grandes entreprises européennes ne peuvent ni se passer de la technologie américaine, ni des marchés chinois.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles