Revue de presse des principaux journaux Marocains

Social

Vaccination anti-Covid : Dernière ligne droite

28.12.2020 - 10:12

Toute la logistique nécessaire est mise en place

Les préparatifs vont bon train pour le démarrage de la campagne de vaccination anti-Covid. Les autorités sont, en effet, à pied d’œuvre pour lancer incessamment cette opération, et ce dès réception des vaccins. D’autant plus que le régulateur chinois a approuvé récemment les deux vaccins de Sinopharm dont le Maroc a acquis 65 millions de doses. Le Royaume déploie, actuellement, toute la logistique nécessaire pour réussir cette opération ciblant, gratuitement, 25 millions de personnes sur le territoire national. D’ailleurs, le ministre de tutelle, Khalid Ait Taleb, a assuré lors du dernier Conseil de gouvernement que «les préparatifs sont à un stade avancé». Et de préciser que «les formations sur le terrain ont bénéficié à tous les sites aménagés pour la vaccination des citoyens». L’engagement étant d’entraîner les cadres mobilisés et éviter tout obstacle pouvant surgir lors de la mise en œuvre effective du programme de vaccination. Tour d’horizon des différentes actions engagées.

Proximité, principal  facteur à respecter

Les ministères de l’intérieur et de la santé agissent en synergie pour mettre en œuvre toutes les mesures d’organisation au niveau national, régional et provincial. Les deux départements se félicitent dans ce sens de la mobilisation de toutes les ressources humaines nécessaires relevant à la fois du secteur public et privé. Outre la formation des cadres, les actions entreprises jusque-là portent, entre autres, sur la définition des sites de vaccination. La proximité et la continuité des autres services de santé sont les principaux critères à respecter. En effet, le déroulement de cette opération se fera au niveau de stations fixes et mobiles. En plus des dispensaires et centres hospitaliers, les locaux d’associations civiles et maisons de jeunesse seront aménagés pour cette fin. C’est ce que l’on peut observer au niveau de Casablanca où 6 millions de personnes âgées de plus de 18 ans seront ciblées. Rien qu’à la préfecture de Casa-Anfa, 11 centres de vaccination sont fin prêts. La mobilisation est à son plus haut niveau et ce dans l’ensemble des régions du Maroc. A titre d’exemple, 68 stations de vaccination et 72 équipes médicales sont mobilisées au niveau de la province d’Essaouira. Dans le détail, 4 stations sont situées à la commune d’Essaouira en plus d’un point de vaccination fixe dans la ville. Les 62 stations restantes sont réparties entre les différentes collectivités territoriales de la province. Les équipes sont composées de 183 infirmiers et 23 médecins en plus des éléments du Croissant Rouge Marocain et des étudiants de l’Institut supérieur des professions infirmières et techniques de santé formées dans ce sens. Notons que la province d’Essaouira devrait recevoir 513.000 doses servant à vacciner 244.392 personnes.

Une chaîne de froid et un système informatique

Pour préserver la qualité du vaccin durant toutes les étapes d’acheminement, notamment depuis sa réception à l’aéroport jusqu’à son utilisation, une chaîne de froid est ainsi mise en place. Il a dans ce sens été procédé à la signature d’une convention pour l’entreposage des doses de vaccination au niveau de la Régie autonome des frigorifiques de Casablanca. Toutes les mesures sont prises pour la réception des doses et leur dispatching en toute sécurité. D’ailleurs, des simulations ont eu lieu pour ficeler les rouages de cet acheminement. Notons que des entrepôts sont prévus dans les différentes régions et provinces du Royaume, à l’instar de Fès-Meknès.

Le wali de la région a effectué récemment une visite de terrain à l’entrepôt mis en place et équipé par le ministère de la santé durant laquelle il a été informé des préparatifs de la Direction régionale de la santé du dispositif nécessaire à la réception des doses de vaccin. En parallèle aux entrepôts de stockage, on cite les chambres froides, les réfrigérateurs et les sacs isolants thermiques. Et pour garantir une meilleure traçabilité des vaccins, un système informatique est développé par le ministère de la santé touchant à tous les aspects de l’opération, en l’occurrence l’enregistrement des citoyens ciblés, le suivi post-vaccination et la communication avec l’ensemble de la population, les partenaires et les professionnels du secteur.

Tout savoir sur les étapes de vaccination

Une fois lancée, la campagne de vaccination s’étalera sur une durée de 12 semaines répartie en 4 périodes de 21 jours chacune. La première période ciblera les professionnels de santé, les personnes utiles (Forces armées royales, la protection civile, enseignants, etc.) ainsi que les sujets âgés de 45 ans et plus. La deuxième phase sera dédiée à la deuxième prise des vaccinés de la première phase et une première prise chez la moitié de la cible âgée entre 18 et 44 ans. Cette cible sera alimentée de la deuxième prise 21 jours après, période durant laquelle sera vaccinée la deuxième moitié de cette tranche d’âge. Ainsi, la 4ème phase sera consacrée à la deuxième prise de vaccin chez la deuxième tranche des personnes âgées entre 18 et 44 ans. La vaccination devrait se faire dans des stations fixes (hôpitaux et centres dédiés au vaccin).

En parallèle, des équipes mobiles se déplaceront dans les universités, internats, cités universitaires, prisons et entreprises de plus de 50 salariés. Il est à préciser que la vaccination anti-Covid n’est pas obligatoire, mais elle reste le meilleur moyen à ce jour pour atteindre l’immunité de groupe permettant ainsi d’endiguer la circulation du virus. Se référant aux professionnels de santé, les deux vaccins acquis par le Maroc répondent à une technique du virus inactivé qui est rendu non infectieux soit par des formules chimiques ou par la température. Ainsi, les protéines gardées de ce virus tué induiront dans le corps une réponse immunitaire. Pour avoir des anticorps neutralisants et protecteurs, deux doses seront ainsi injectées. La deuxième sera ainsi renouvelable 21 jours après la première prise. Les scientifiques s’accordent à dire que la protection ne peut être complètement garantie qu’après 4 mois du début de la campagne de vaccination, d’où la nécessité de continuer à respecter les mesures barrières.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles