Revue de presse des principaux journaux Marocains

Social

Intempéries : La Lydec mobilise 358 agents sur le terrain

06.01.2021 - 22:09

5 janvier 2021 : les fortes pluies qui se sont abattues sur la métropole ont causé des débordements dans plusieurs quartiers. La direction générale de la Lydec s’est tout de suite mise en alerte et a renforcé ses équipes pour limiter les dégâts matériels.

Un état des lieux sur les forces mobilisées et l’état d’avancement des deux projets phares d’assainissement sur la Route Nationale 1 (Errahma et Hay Hassani) et Hay Sadri a également été diffusé pour informer les Casablancais.

Les détails.

Suite aux prévisions météorologiques annoncées par la Direction générale de la météorologie annonçant de fortes pluies sur le territoire du Grand Casablanca pour le 5 janvier, la Lydec assure que ses équipes se sont mises en situation d’alerte. Le renforcement des équipes a ainsi permis de déployer les moyens d’intervention sur le terrain. C’est un fait. Les pluies enregistrées étaient de forte intensité. «La moyenne des précipitations s’est établie à 33,7 mm entre 16 h et 22 h, avec un pic de 53 mm. Ces pluies ont été réparties sur tout le territoire du Grand Casablanca et ont affecté plus particulièrement les zones de Lahraouiyine, Médiouna, Tit Mellil, Ahl Loghlam, Dar Bouazza, Bouskoura, Hay Sadri, Moulay Rachid, Aïn Chock et Hay Hassani», expliquent les responsables de la Lydec sur la base du bulletin météorologique.

L’impact s’est traduit par des débordements sur les points bas, du fait de la saturation du réseau d’assainissement. Et plusieurs vidéos envoyées par les citoyens ont fait le buzz sur les réseaux sociaux… De leur côté, les services de la Lydec confirment le renforcement de leurs équipes pour limiter l’impact de ces pluies. La direction générale a, en effet, mobilisé 358 agents comprenant des cadres et des opérateurs d’intervention spécialisés dans l’assainissement. 233 unités (17 hydrocureuses, 19 minicureuses, 58 pompes, 132 fourgons et fourgonnettes, 7 véhicules 4×4…) ont été déployées, par ailleurs, sur le terrain pour les différentes interventions sur le réseau d’assainissement.
Et pour gérer les urgences des citoyens, la capacité de traitement du centre de relation clientèle (0522312020) a été triplée, par rapport à la normale. «Le dispositif de gestion de crise a été activé au niveau du Centre de veille et de coordination de Lydec (7/24) pour gérer cet événement pluvieux», assurent les responsables de l’opérateur.

Sur le plan de l’assainissement des eaux pluviales proprement dit, la direction générale de la Lydec a également tenu à revenir sur deux projets en cours et qui devraient être opérationnels à la fin de l’année 2021.
Le premier concerne la galerie de stockage des eaux pluviales à Hay Sadri. Lancés en décembre 2018, les responsables du projet attestent que «les travaux de réalisation de la galerie de stockage des eaux pluviales de Hay Sadri avancent conformément au planning préétabli». Ce projet vise à protéger le quartier Hay Sadri contre les inondations à travers le stockage durant les épisodes pluvieux d’un volume d’eau allant jusqu’à 14.000 m³. Concrètement, cette œuvre d’une longueur de plus de 1,3 km et d’une profondeur allant de 30 à 40 mètres protégera aussi l’avenue Mohamed Bouziane, le boulevard 10 Mars contre les débordements jusqu’à une intensité de pluie décennale (22 mm/heure). Le coût de l’investissement est de 182 millions de DH et sera financé par le délégataire de la ville de Casablanca.
Le système d’assainissement liquide de la Route Nationale n°1 (RN1) représente le second projet.

Egalement lancé à la fin de l’année 2018, il permettra la mise en place d’un système d’assainissement des eaux usées et pluviales. De cette manière, il servira à accompagner l’urbanisation des zones d’Errahma et de Hay Hassani. Il devra ainsi lutter contre les débordements en cas de pluviométrie de forte intensité dans ces zones. En clair, l’objectif est de protéger cette partie de Casablanca contre les inondations, mais aussi de collecter les eaux usées des lotissements en cours d’aménagement et ceux à venir et les acheminer jusqu’aux réseaux existants. En termes de financement, ce projet est pris en charge par le Fonds de travaux à hauteur de 313,5 millions de DH. «Les travaux ont démarré par la construction d’une station de pompage des eaux usées d’une capacité de 200 litres/s, d’une galerie souterraine d’une longueur de 3,4 km et d’une conduite de 410 mètres linéaires», attestent les porteurs du projet. Une enveloppe de 76,2 millions DH servira aux travaux d’assainissement des eaux usées et une autre dotée de 237,3 millions DH sera affectée aux travaux d’assainissement des eaux pluviales.
Il est clair que les intempéries survenues impacteront les quartiers, surtout ceux qui sont en cours d’assainissement. Les équipes continuent leurs interventions…
A suivre…

 

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles