Revue de presse des principaux journaux Marocains

Social

Une légende de la vie associative nationale

25.02.2021 - 19:03

L’Association des femmes chefs d’entreprises (AFEM) Marrakech-Safi et régions

Une association à vocation régionale, spécialisée et souvent généraliste. Une association qui s’inscrit en faveur de la mixité dans l’entreprise avec plusieurs ambitions, afin de rendre visibles les femmes dynamiques et altruistes et donner l’envie à ces femmes de l’entreprise d’oser se révéler, favoriser aussi et surtout l’entraide entre membres de ladite association.
Pour une politique de la vie associative ambitieuse et le développement d’une société de l’engagement, faut-il rappeler la place des femmes au cœur et dans le canevas de la vie associative marocaine, l’AFEM est composée d’une équipe de brillantes pionnières dont la présidente n’est autre que Badia Bitar, ancienne assistante aux travaux pratiques (TP) au sein du Laboratoire de la Faculté des Sciences Semlalia à Marrakech et enseignante de TP en biologie à la même Faculté, qui cumule plusieurs postes de responsabilité associative et ce, depuis de longues années, en tant que présidente et vice-présidente, notamment de la Confédération des entreprises de l’artisanat (FEA) entre autres actions socio-économiques d’importance.

L’AFEM concrétise depuis quelques années déjà des projets via l’aide de l’Agence de développement social (ADS) et la forte collaboration de l’INDH par le biais de l’Association Le Grand Atlas (AGA), ainsi que la coopération d’associations africaines et européennes, afin d’aider les femmes aussi bien créatrices que productrices et membres de coopératives à créer leur propre entreprise à travers la Région Marrakech-Safi et en parfait accompagnement du Centre d’investissement et Maroc PME, qui est un grand accélérateur de croissance et de soutien pour le développement des entreprises et l’exploration de marchés au niveau aussi bien national qu’international.

Cette équipe de battantes et de pionnières, de par une grande volonté d’engagement dans la vie associative et de leur sensibilité au projet d’une politique structurée de la vie associative, travaille à s’entendre sur les enjeux, les défis et les constats établis par sujet et examinent les différentes propositions d’organisation afin d’améliorer et d’aller vers les orientations plus stratégiques dans un enjeu inscrit via un engagement bénévole réciproque, sans toutefois négliger la conception d’une relation moderne et coresponsable entre les pouvoirs publics et l’Association au bénéfice d’un dialogue civil consolidé par une attention à la hauteur de l’innovation de la cohésion sociale des Associations à but non lucratif aussi bien dans la capitale historique ocre Marrakech et ses régions qu’à travers l’ensemble du Royaume.
Ces pionnières sont les actrices de la solidarité de proximité, de la lutte contre l’exclusion, les inégalités et la pauvreté, elles se battent aussi contre le plafond de verre qui ne favorise guère l’ascension professionnelle des femmes, afin de leur assurer une parfaite forme de représentation et de lobbying pour une meilleure visibilité et une meilleure considération professionnelle.
Elles sont aussi actrices d’une redistribution économique plutôt en panne, à cause des restrictions sanitaires liées au coronavirus. Le monde associatif au niveau mondial se trouve affaibli et insécurisé par cette pandémie qui fragilise de jour en jour les tissus associatifs ainsi que les pouvoirs publics qui se trouvent aux premières loges. Actuellement la seule lueur d’espoir reste la vaccination pour atteindre l’immunité tant espérée. Ces femmes soldats de l’ombre jouent un rôle de contre-pouvoir associatif et altruiste indispensable pour la protection des nombreuses victimes non seulement de la Covid en tant que maladie, mais surtout de celui du chômage et de la précarité financière de tant de ménages impuissants à se prendre en charge.
Les différents objectifs de l’AFEM sont de proposer des activités au plus grand nombre de citoyens sans distinction d’âge, de niveau d’étude, de catégories socioprofessionnelles, tout en proposant des actions de formation permanente et d’accompagnement de la vie associative aussi bien pour les jeunes que les moins jeunes..

Badia Bitar et son équipe nous aident à faire travailler les notions d’égalité qui sommeillent en nous, en mettant en lumière les femmes marocaines qui ont eu un impact sur l’environnement socio-économique aussi bien que celui qu’elles ont aujourd’hui dans notre monde contemporain, à l’instar d’autres grandes dames de la vie associative marocaine, qui démontrent que les femmes aussi peuvent faire de grandes choses et que les grands exploits ne sont pas réservés uniquement aux hommes, d’ailleurs elles en sont la preuve.
L’AFEM se focalise en premier sur les enjeux qui ont été identifiés : Premièrement, aboutir bien sûr à des propositions de mesures pouvant être mises en œuvre rapidement pour soutenir les différents secteurs économiques qui sont durement touchés par la Covid-19 laquelle a entraîné la réduction drastique des emplois dans les différents domaines du tourisme, de l’hôtellerie, l’artisanat ainsi que l’événementiel sans oublier les petits emplois de l’informel.

A ce niveau pas mal de contributions, tous sujets confondus, ont été reçues à travers la mise en œuvre d’une politique de soutiens renouvelée de manière constante afin de développer une véritable société de l’engagement par cette association et via ses pionnières. L’AFEM est partout dans le quotidien de chaque citoyen, c’est le premier engagement et une école permanente de la citoyenneté et de l’émancipation avec l’idéal de parvenir à faire grandir la société dans un monde plus éthique et équitable. L’AFEM est une puissance énergique de la solidarité féminine qui aide tous les citoyens à appréhender le quotidien différemment et sereinement. Ces différentes actions sont porteuses de résultats d’aide et spectaculaires sur le moyen et le long termes avec des évolutions progressives qui représentent une locomotive de développement et de performances économiques d’importance vitale au niveau national et international.

Des actions dans l’expression modérée de réussites, voilà une Association qui fait avancer la réflexion générale sur le travail des bénévoles spécialistes des questions d’écoute, du charisme de ses dirigeantes, de la qualité et de la diversité de ces battantes humainement riches.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles