Revue de presse des principaux journaux Marocains

Social

Covid-19 : Les femmes frappées de plein fouet par le chômage

08.03.2021 - 13:33

Elles sont 35% à exercer un emploi non rémunéré

Le travail non rémunéré concerne 35% des femmes contre seulement 8,6% pour les hommes. Ces pourcentages montrent qu’elles assument une plus grande part du travail consistant à prendre soin d’autrui.

La pandémie du Covid-19 a eu un impact majeur sur le marché de l’emploi en 2020. Le chômage a augmenté aussi bien parmi les hommes et les femmes. Selon les données du Haut-Commissariat au Plan (HCP) sur la situation du marché du travail, le taux de chômage s’est accru de 2,9 points pour les hommes en passant de 7,8% en 2019 à 10,7% en 2020.

Pour les femmes, on note une hausse de 2,7 points du taux de chômage qui est ainsi passé de 13,5 à 16,2%. Après une tendance à la baisse durant les trois dernières années, le taux de chômage a ainsi connu une hausse de 2,7 points entre 2019 et 2020, passant de 9,2 à 11,9%. Les principales caractéristiques de la population active occupée en 2020 montrent que la baisse du taux d’emploi a été également plus accentuée parmi les hommes (2,6 points) que les femmes (1,9 point). Il est à noter qu’en 2020 21,5% des actifs occupés sont de sexe féminin alors que ce pourcentage était de 22,7% en 2019. Parmi les autres données du HCP, il est important de relever que le taux de couverture par un système de retraite est légèrement plus élevé parmi les femmes que les hommes, respectivement 27,5 et 23,1%. Au Maroc, près d’un actif occupé sur 4 (24,1%) est affilié à un système de retraite, 36,3% en milieu urbain et 7,1% en milieu rural. Par ailleurs, la part des salariés ne disposant d’aucun contrat s’élève à 43,2% parmi les femmes contre 58,2% parmi les hommes. Signalons à ce sujet que plus de la moitié des salariés (55,2%) ne disposent d’aucun contrat formalisant leur relation avec l’employeur (54,9% en 2019). Un peu plus du quart (26,4%) disposent d’un contrat à durée indéterminée, 12,2% d’un contrat à durée déterminée et 6,2% d’un contrat verbal. L’autre constat important à relever est qu’une grande partie des femmes exerce un emploi non rémunéré. Selon le HCP, le travail non rémunéré concerne 35% des femmes contre seulement 8,6% pour les hommes. Ces pourcentages montrent qu’elles assument une plus grande part du travail consistant à prendre soin d’autrui.

Et pourtant le PNUD estime qu’un revenu minimum provisoire apporterait une sécurité financière à court terme, qui ouvrirait la voie à des investissements futurs pour réduire les inégalités systématiques entre les hommes et les femmes. S’agissant du volume horaire de travail, le HCP avait fait remarqué que la baisse relative des heures travaillées par semaine a été plus élevée parmi les femmes (-24,4% passant de 86 millions à 65 millions heures) que parmi les hommes (-19,4% passant de 408 millions à 329 millions heures). Selon le milieu de résidence, le volume d’heures travaillées par semaine est passé de 300 millions heures à 237 millions en milieu urbain (-21%) et de 194 millions heures à 157 millions en milieu rural (-19%). Le nombre d’heures travaillées par semaine a diminué pour tous les groupes d’âge.

Cette baisse a été de 29% parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans, de 21,9% parmi les personnes âgées de 25 à 34 ans, de 19% parmi les 35-44 ans et de 17,7% parmi les 45 ans ou plus. Rappelons qu’en 2019, le Maroc comptait 17,9 millions de femmes (50,3%) dont 13,4 millions de femmes sont en âge d’activité (15 ans et plus). Les femmes en dehors du marché de travail, au nombre de 10,5 millions, représentent 78,5% de la population féminine âgée de 15 ans et plus. La majorité d’entre elles sont des femmes au foyer (75,2%) ou des élèves ou étudiantes (14,1%). Le phénomène de chômage touche les femmes plus que les hommes, avec des taux de chômage respectifs de 13,5 et de 7,8%. Dans les villes, le taux de chômage des femmes est plus que le double de celui des hommes avec respectivement 21,8 et 10,3%.

L’analyse du profil des femmes en chômage avait révélé aussi que les trois-quarts de ces dernières (75,9% contre 63,5% pour les hommes) chôment depuis plus d’une année et 69% sont des primo-demandeuses d’emploi (contre 50,9% pour les hommes).

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles