Revue de presse des principaux journaux Marocains

Social

Covid-19 : Un an après, comment le Maroc a réussi à améliorer sa situation sanitaire

15.03.2021 - 16:09

Mesures préventives sélectives et ciblées, timing du confinement sanitaire, anticipation pour l’acquisition des vaccins…

Le gouvernement a publié un rapport intitulé «Un an de gestion de la pandémie Covid-19» qui retrace les actions menées et les efforts consentis dans la lutte contre la propagation du virus. Le rapport détaille les grandes mesures prises par l’Exécutif notamment dans les domaines de la santé, de l’enseignement et de l’économie ainsi que celles relatives au soutien accordé aux personnes à faible revenu et à l’accompagnement des petites et moyennes entreprises. Sur le plan sanitaire, le document signale que dès les prémices de la pandémie au niveau mondial, le Maroc a activé un plan de veille sanitaire de haut niveau qui lui a permis de suivre avec précision les évolutions de la propagation du virus. Grâce à ce système de veille sanitaire, le Maroc a pu élaborer et diffuser le plan national de surveillance et de riposte à l’infection par le Coronavirus, surveiller et assurer le suivi de la situation épidémiologique internationale.

Ce système a également permis au Royaume d’évaluer de manière continue le risque; renforcer le système national de veille épidémiologique des infections respiratoires aiguës ; mettre en place un programme de formation des cadres de la santé au niveau des régions et provinces sans omettre la progression de la cadence des analyses des tests PCR. Grâce à ce système, un suivi épidémiologique minutieux est réalisé en temps réel. Le rapport mentionne qu’en dépit de l’augmentation, inquiétante par phase, du nombre de cas enregistrés, le Maroc a pu faire face à la situation épidémiologique grâce aux mesures préventives sélectives et ciblées, qui ont été prises et qui ont permis d’éviter le pire des scénarios, particulièrement celui de l’écroulement du système de santé national.

C’est sur la base de ces considérations scientifiques et objectives, et au regard de la situation épidémiologique et de son évolution, que l’état d’urgence sanitaire a été maintenu et prolongé, depuis son entrée en vigueur le 23 mars 2020. A chaque fois que cela est nécessaire, des mesures de restrictions ou d’assouplissements ont été décidées au niveau territorial. Selon le rapport, le timing de l’adoption du confinement sanitaire, a eu un grand impact sur la vitesse et l’acuité de la propagation du virus et, partant, sur le nombre de morts. La pertinence des différentes décisions de restriction post-confinement a été également démontrée par l’évolution des chiffres au niveau des préfectures et provinces du Royaume.

Renforcement des moyens du système de santé

En plus de la surveillance et de la veille épidémiologiques sur l’ensemble du territoire national, la priorité a été donnée au renforcement des moyens du système de santé national. Ainsi, il a été procédé, dans des délais courts, à l’augmentation des capacités hospitalières et la mobilisation des médecins réanimateurs et de ressources humaines supplémentaires. Pour faire face à la pandémie, une enveloppe de 2 milliards DH avait été allouée à partir du fonds spécial de gestion de la pandémie du Coronavirus, pour couvrir les dépenses relatives à l’achat des dispositifs médicaux et équipement des hôpitaux ; l’achat des médicaments ainsi que l’achat des dispositifs nécessaires aux analyses ( kit de prélèvement et kits de test).

Par ailleurs, le département de la santé a veillé, dès l’apparition de la pandémie, à organiser les opérations d’intervention des équipes médicales aux différents stades d’infection. Parmi les mesures prises, il y a lieu de relever l’adoption et la mise à jour d’un protocole thérapeutique pour la prise en charge des cas infectés, après sa validation par le comité scientifique et technique national, la mise en place d’un plan organisationnel pour la prise en charge des cas probables et des cas confirmés dans les établissements de santé.

A ceci s’ajoutent la révision et l’actualisation permanente des différents protocoles et modes opératoires. Face à l’augmentation des cas de contamination, les autorités publiques avaient pris plusieurs mesures visant à soulager la pression sur les hôpitaux. C’est ainsi qu’il avait décidé la prise en charge à domicile des cas asymptomatiques ou présentant de légers symptômes. Il faut aussi relever l’identification des personnes contact pour chaque cas positif et la mise à disposition du suivi médical adapté à chaque cas confirmé, selon les protocoles approuvés par le comité scientifique.

Vaccins anti-Covid : Le Maroc s’est positionné rapidement et sereinement sur le marché

Engagé dans la course mondiale aux vaccins anti-Covid, le Maroc s’est positionné rapidement et sereinement sur le marché. Le 20 août 2020, le Maroc avait conclu deux accords de coopération en matière d’essais cliniques du vaccin anti-Covid-19, avec le laboratoire chinois CNBG (China National Biotec Group Company Limited). Le 18 septembre, le Maroc avait signé un mémorandum d’entente pour l’acquisition d’un vaccin anti-Covid-19 produit par la société russe R-Pharm et développé à Oxford par la compagnie pharmaceutique AstraZeneca. Il faut aussi rappeler que le 9 novembre, le Souverain avait donné ses Hautes orientations pour le lancement de la campagne nationale.

Un mois plus tard, SM le Roi Mohammed VI avait donné ses Hautes instructions au gouvernement pour assurer la gratuité du vaccin au profit de tous les Marocains. La campagne vise la vaccination de plus de 23 millions d’habitants dont 15 millions se trouvent en milieu urbain. A cet effet, près de 7.500 points de vaccination mobiles (sur 9.908 prévus) ont été dépêchés en zone rurale, tandis que 2.867 stations de vaccination (fixes) ont été mises en place. Au total, 6.663 équipes de vaccination ont été mobilisées (hôpitaux, universités, usines…), comprenant 4.053 médecins dont 1.430 en milieu rural, et de 10.468 infirmiers dont plus de la moitié en zone urbaine. Des vols internes ont été programmés pour acheminer les vaccins vers les villes les plus éloignées (Laâyoune, Oujda…) et 14 camions de 25 tonnes ont été prévus pour transporter les vaccins en plus des grossistes qui ont des chaînes de distribution dans les provinces, auxquels il a été fait appel.

Le Maroc a acquis 329 armoires frigorifiés, 1029 réfrigérateurs, 263 congélateurs, 2084 caisses isothermes, 3434 portes vaccins, 60698 accumulateurs de froid et 4746 thermos. En matière de conditionnement, il existe des vaccins en seringues finies (pré-remplies), ceux en flacons multidoses (de 5 ou de 10 doses). Au Maroc, il a été décidé d’utiliser des flacons de 10 doses. Par ailleurs, dans l’éventualité que des réactions allergiques ou des chocs anaphylactiques surviennent à la suite de l’injection, des quantités suffisantes d’adrénaline (20.000 injections de 1mg) et d’hydrocortisone (20.000 injections de 100mg) ont été prévues pour garantir une intervention d’urgence, en cas de besoin.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles