Revue de presse des principaux journaux Marocains

Social

Covid-19 : Les variants sud-africains et brésiliens détectés au Maroc

16.03.2021 - 13:03

Si les indicateurs épidémiologiques au Maroc sont globalement stables, certains signaux commencent à inquiéter.

En tout cas, la dernière sortie du directeur du laboratoire de biotechnologie relevant de la Faculté de médecine et de pharmacie de Rabat, Pr Azzeddine Ibrahimi, évoque des données potentiellement inquiétantes. «Les chiffres d’infection que nous voyons maintenant sont stables, car nous n’avons pas encore atteint la propagation exponentielle de la souche britannique, que nous verrons certainement dans les semaines à venir… et ici je dois préciser que la souche britannique se propage et que la mutation E484K a commencé à apparaître au Maroc.

Dans un travail en cours et tout au long de l’année, nous avons analysé plus de 200 génomes du virus et les avons décodés en laboratoire. A travers cette recherche, il est évident que l’émergence de souches mutées a augmenté depuis février, et nous avons identifié tous leurs types au Maroc», a expliqué le Professeur dans un dernier post sur sa page Facebook. Face aux appels de plus en plus pressants de la part de certaines catégories socioprofessionnelles pour l’allègement des restrictions à l’approche du mois de Ramadan, le directeur du laboratoire de biotechnologie relevant de la Faculté de médecine et de pharmacie de Rabat appelle de son côté à la vigilance tout en rappelant la détérioration de la situation sanitaire et épidémiologique constatée après la première levée de restrictions sanitaires au cours de la fête du sacrifice l’année dernière.

E484K

Les inquiétudes du Pr Ibrahimi sont compréhensibles du fait de la dangerosité de la mutation baptisée E484K. Cette dernière caractérisait au cours des derniers mois surtout les variants sud-africains et brésiliens.

Puis cette mutation a été détectée également dans les variants britanniques. Selon de nombreux scientifiques occidentaux, la mutation E484K rend le virus du Covid-19, 13 fois plus apte à s’accrocher aux cellules du corps. Ces modifications donnent, selon les mêmes scientifiques, une capacité au virus pour résister aux anticorps de l’organisme notamment chez les personnes déjà immunisées ou vaccinées.

Reste à savoir si les autorités compétentes vont alléger les restrictions sanitaires avant le mois sacré ou si ces dernières seront maintenues au vu des derniers développements marqués par la propagation des variants et mutations sur le sol national.
«Enfin et malgré mon optimisme prudent, cette lecture personnelle des choses montre clairement que toute décision future doit être scientifique en premier lieu et tenir compte de notre priorité depuis le premier jour face à la pandémie, à savoir la vie de tout Marocain n’a pas de prix», a conclu le Pr Ibrahimi dans son post sur les réseaux sociaux. Il faut dire que l’une des grandes difficultés rencontrées depuis le déclenchement de la pandémie concerne l’impact économique des restrictions sanitaires. L’allègement des restrictions peut donner une bouffée d’oxygène à certains secteurs économiques mais le coût sur le plan sanitaire peut être non négligeable…

Bilan

Un total de 305 nouveaux cas d’infection au Coronavirus et de 392 guérisons a été enregistré au cours des dernières 24 heures au Maroc, a annoncé dimanche 14 mars le ministère de la santé.

Ce nouveau bilan porte à 488.937 le nombre total des contaminations depuis le premier cas signalé en mars de l’année dernière, tandis que le nombre des personnes rétablies est passé à 475.849, soit un taux de guérison de 97,3%, précise le ministère dans son bulletin quotidien sur la situation du Covid-19.

Le nombre des cas actifs s’élève à 4.365, alors que les cas sévères ou critiques sont au nombre de 395, dont 25 placés sous incubation. Jusqu’à samedi dernier, le nombre des personnes vaccinées (dose 1) a atteint 4.210.770, alors que 1.471.738 ont reçu la deuxième dose du vaccin.

Gestion

Selon l’agence espagnole EFE, le Maroc a géré avec «succès» la réponse au Coronavirus en optant, dès l’apparition du premier cas, pour l’«anticipation», notamment par l’application stricte du confinement, l’acquisition rapide de masques et de respirateurs, et l’engagement précoce dans la vaccination. Dans un premier temps, le gouvernement a agi rapidement pour protéger son système de santé de l’effondrement et, après avoir atteint cet objectif, il s’est attaché à garantir l’immunité collective par la vaccination, relève EFE dans un article publié samedi sous le titre «Succès marocain: vaccinations multiples, masques bon marché et fermeture des frontières».
Pour éviter que la pandémie ne devienne incontrôlable, le Maroc a décrété un «état d’urgence sanitaire» le 22 mars dernier, rappelle la même source, ajoutant qu’en parallèle, le gouvernement marocain a entamé, depuis avril 2020, des négociations simultanées avec plusieurs fabricants de vaccins pour assurer son approvisionnement dans un marché international souffrant d’une grave pénurie de production.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles