Revue de presse des principaux journaux Marocains

Social

Nouvelle tournée de Christopher Ross sur fond d’insurrection à Tindouf

29.01.2014 - 16:55

La visite de M. Ross s’inscrit dans le cadre d’une tournée dans la région, en application des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, en vue de relancer le processus politique visant à parvenir à une solution politique définitive et consensuelle au différend régional autour du Sahara.
Mais la particularité de cette nouvelle visite procède de ce qu’elle intervient alors que les camps de Tindouf sont en effervescence. En effet, la population séquestrée par le polisario ne supporte plus de vivre dans une prison à ciel ouvert où les conditions élémentaires d’une vie décente font défaut et où les exactions sont monnaie courante. Selon des sources concordantes, les émeutes qui ont éclaté depuis vendredi dernier ont plongé les dirigeants du polisario dans le désarroi total, d’autant qu’elles sont menées par des jeunes qui ne croient plus au mythe de la république sahraouie et sont de plus en plus convaincus par le plan d’autonomie proposé par le Maroc.

Les mêmes sources soulignent que ces soulèvements se poursuivent malgré l’intervention féroce des éléments du polisario. Mais le climat de terreur et le blocus imposé aux camps n’empêchent pas ce mouvement de révolte (mené notamment par les jeunes de la révolution sahraouie, les partisans du plan d’autonomie et du courant réformiste dit Khatt Achchahid) de prendre de l’ampleur, à telle enseigne que des ONG internationales et des médias occidentaux s’en alarment et font part de leur vive inquiétude devant les violations commises à l’encontre des protestataires.
Selon «le Courrier stratégique», un magazine basé à Paris, spécialisé dans les questions stratégiques, un climat pré-insurrectionnel s’installe dans les camps de Tindouf, où sont basés les séparatistes du polisario, dans le sud-ouest de l’Algérie. D’après la publication, les dirigeants du polisario auraient réprimé en ce milieu du mois de janvier une révolte naissante dans les camps de Tindouf, à quelques jours de l’arrivée dans la région de l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara, Christopher Ross. Le magazine, qui cite des permettant de vivre confortablement, alors que la deuxième catégorie vit dans l’indigence, privée de ses droits les plus élémentaires.

Quelques semaines auparavant, une analyse américaine a mis en garde contre les dangers que représentait la corruption endémique dans les camps de Tindouf pour la stabilité dans la région et même pour la sécurité nationale des États-Unis. «Plusieurs analystes sécuritaires ont déjà pointé du doigt la collusion de plus en plus avérée et les ambitions croisées du polisario et des groupes terroristes se réclamant de l’idéologie d’Al-Qaïda, qui sévissent dans la grande région du Sahel», souligne l’auteur de cette analyse, Michael Rubin, un expert à l’American Enterprise  Institute et conférencier à la Naval Postgraduate School’s Center for Civil-Military Relations. Commentary Magazine fait observer que le détournement de l’aide internationale destinée aux camps de Tindouf est l’une des manifestations de cette collusion. Il est temps, note la publication, de prendre le «polisario», qui est «une marionnette entre les mains du régime algérien et un vestige de la guerre froide aujourd’hui totalement obsolète», pour ce qu’il est, à savoir une force d’appoint pour AQMI, qui bénéficie du détournement de l’aide internationale, avec le concours bienveillant des séparatistes.
Le cas Mustapha Salma Ouled Sidi Mouloud

Le cas de Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud ne sera pas réglé à l’occasion de la tournée actuelle de l’envoyé personnel de l’ONU. Le militant sahraoui, qui espérait que le responsable onusien intervienne pour mettre un terme à sa souffrance et à celle de sa famille, a déchanté. Son cas ne sera donc pas sur l’agenda de M. Ross, alors que ce dernier avait promis d’agir pour que ce déporté sahraoui puisse enfin retrouver sa famille séquestrée à Tindouf. Pour rappel, ce militant, qui avait clairement osé manifester sa préférence pour le plan d’autonomie, a subi les foudres du polisario qui l’ont séparé de sa famille. Mustapha Salma Ouled Sidi Mouloud, qui poursuit son sit-in devant le Haut-Commissariat aux réfugiés en Mauritanie, tient à souligner par ailleurs que la direction du polisario a fait en sorte que l’envoyé personnel du SG de l’ONU soit reçu la semaine passée dans le camp de «Ousserd» et non pas dans le camp de «Smara», qui vit au rythme d’une sédition sans précédent.

» Source de l'article: lematin

Autres articles