Revue de presse des principaux journaux Marocains

Social

Prix de la qualité et de la sécurité 29 sociétés primées cette année

03.02.2014 - 11:59
Le ministère de l’Industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique et l’Union marocaine pour la qualité (UMAQ) perpétuent la tradition. Ils ont organisé la 16e édition du prix national de la qualité ainsi que la 10e édition du prix de la sécurité au travail, mercredi dernier à Rabat. Cet évènement, qui met à l’honneur les entreprises les plus performantes en matière de gestion de la qualité et de la sécurité, a bénéficié cette année du soutien du ministère de l’Emploi et des affaires sociales. Normal, quand on sait que le thème de cette édition porte sur la formation en en tant que levier de la performance. Moulay Hafid Elalamy  explique ce choix par «l’importance que revêt la formation dans la réussite de toute démarche de qualité et de sécurité». Pour lui, l’émergence de profils qualifiés est devenue cruciale pour la compétitivité et la pérennité du tissu économique. Pour convaincre, il a affirmé que le déploiement des mesures en matière de qualité et de sécurité permettra d’accélérer l’intégration du Maroc dans la mondialisation. Mieux, «cela devra favoriser l’émergence d’une économie productive et compétitive». Abdallah Harma, président de l’UMAQ abonde dans le même sens: «Il est nécessaire de sensibiliser davantage les entreprises sur la formation à la prévention des risques. Car, en dépit de l’engagement de plusieurs entreprises, la pénétration de la démarche qualité et sécurité reste en deçà des aspirations», a-t-il déploré. En effet, le nombre d’entreprises certifiées ISO 9001 ne dépasse pas 800 au Maroc, alors qu’il a atteint les 60.000 en Espagne. N’empêche que «des efforts ont été accomplis par le gouvernement pour promouvoir la démarche qualité», a ajouté Elalamy. Il a cité notamment la consolidation du fonds normatif marocain qui regroupe actuellement plus de 11.000 normes. S’y ajoute le renforcement du cadre de contrôle de la qualité et de la défense des consommateurs. Dans le domaine de la sécurité en milieu du travail, le Maroc a encore du chemin à faire. Car, «en dépit des efforts des pouvoirs publics et des entreprises, les risques professionnels persistent, puisque pas moins de 2.000 ouvriers décèdent sur nos chantiers», a rappelé Abdesslam Seddiki, ministre de l’Emploi et des affaires sociales. Face à ce constat, son département planche actuellement sur un projet de loi sur la santé et la sécurité au travail. Il s’agit de définir les obligations des employeurs, notamment en termes d’équipements de protection ainsi que de dispositions à prendre en cas d’exposition à des substances dangereuses. Mieux encore, le Maroc est en phase de parachever la procédure de ratification de la Convention internationale qui définit le cadre promotionnel pour la santé et la sécurité au travail.  Cela suffira-t-il à stopper l’hécatombe? Pour le ministre, une prise de conscience générale est nécessaire pour protéger les salariés, surtout les ouvriers du BTP.  D’ailleurs, le président de l’UMAQ a appelé les entreprises à intégrer la prévention des risques dans leurs stratégies sociales et financières. Pour cette édition, pas moins de 29 sociétés ont été primées contre 19 en 2012. Le site de l’OCP à Safi a remporté le prix national de la sécurité dans la catégorie «grandes entreprises industrielles». Dans la catégorie «grands organismes de services», le jury n’a pas décerné de prix mais seulement deux certificats d’encouragement, à la société marocaine des transports rapides et à l’établissement production voyageurs de l’ONCF. L’usine hydro-électrique Al Wahda a reçu, quant à elle, le prix dans la catégorie PMI.
» Source de l'article: economiste

Autres articles

newsletter

Articles Populaires

Désolé. Pas assez de données pour afficher des publications.