Revue de presse des principaux journaux Marocains

Social

Législatives : le PJD veut sécuriser ses acquis

08.03.2016 - 19:32
Législatives : le PJD veut sécuriser ses acquis
7 mars 2016
Tahar Abou El Farah (570 articles)
0 Commentaire

Partager

Législatives : le PJD veut sécuriser ses acquis

Benkirane et Ramid défendent le dossier du parti devant le gouvernement.

Non à un seuil électoral en deçà de 6%. Oui à la réduction, de manière drastique, du nombre des bureaux de vote. Oui à l’élargissement, autant que possible, des circonscriptions électorales, surtout dans certaines villes comme Rabat, Fès et Azilal. Non au vote par procuration pour les MRE. Voilà en gros les revendications que le PJD va défendre à l’occasion des négociations en cours relatives à la réforme du code électoral. En même temps, le parti se dit favorable au maintien de la liste nationale des jeunes. Et c’est au secrétaire général du parti, également chef du gouvernement et sous la responsabilité politique duquel se dérouleront les élections, et au membre du secrétariat national, également ministre de la justice et coprésident de la commission centrale des élections, que le parti a confié la mission de défendre son dossier auprès du gouvernement.

Le PJD estime que la révision du seuil électoral accentuerait la balkanisation du champ politique. Cela en favorisant l’accès à un plus grand nombre de partis au Parlement qui compte déjà 16 formations, soit autant de groupes et de groupements parlementaires. Seul l’Istiqlal partage cette position sur une trentaine de partis reconnus officiellement. Bien sûr, la réduction du seuil et l’abolition de la liste nationale représentent une perte sèche en sièges pour le PJD. L’agrandissement des circonscriptions dans certains milieux urbains qu’il contrôle lui est par contre favorable. De même que le vote direct des MRE parmi lesquels il compte un nombre important de sympathisants. Car, pour le moment, c’est seulement leur vote qui compte, et pour cela le PJD suggère l’ouverture de bureaux de vote dans les consulats et les ambassades du Maroc. Mais la question de la représentation au Parlement n’est même pas évoquée.

» Source de l'article: lavieeco

Autres articles