Revue de presse des principaux journaux Marocains

Social

Seuls 20% des Marocains atteints de glaucome sont dépistés

08.03.2016 - 23:16

À l’occasion de la Semaine mondiale du glaucome, qui se déroule du 6 au 12 mars, la Société marocaine du glaucome renforce ses campagnes de sensibilisation et de dépistage.

Méconnu du grand public, le glaucome, cette maladie silencieuse et fatale, entraîne une atteinte progressive de la vision, la malvoyance ou même la cécité. Au Maroc, ils seraient entre 500 et 700.000 personnes à être atteintes de cette maladie, mais seuls 20% sont dépistées et traitées, selon le Docteur Mohamed Ezzouhaïri, secrétaire général de la Société marocaine du glaucome (SMG). Un constat alarmant, surtout lorsqu’on sait qu’à un stade avancé, la maladie cause une perte de vue irréversible. «Un dépistage précoce et un traitement efficace permettent de ralentir ou de stopper l’évolution de la maladie, mais ne permettent pas de récupérer la vue perdue auparavant. Par conséquent, plus le diagnostic est précoce, moins il y aura de dommages visuels et plus la vue sera préservée», souligne la Société marocaine du glaucome.

Cette maladie oculaire altère le nerf optique qui a pour fonction d’assurer la transmission des images reçues par l’œil vers le cerveau. Le principal facteur de risque du glaucome est l’élévation de la pression intraoculaire. Cette maladie silencieuse et sournoise est indolore, car la pression oculaire augmente très progressivement. Pendant plusieurs années, le patient ne ressent aucun symptôme qui puisse l’alerter ou attirer son attention. Une simple vérification chez l’ophtalmologue de la pression des yeux et du nerf optique permet ainsi de dépister tôt la maladie, mais beaucoup de personnes ne le font pas parce qu’ils ne connaissent pas la gravité de la maladie ou parce qu’ils s’estiment à l’abri, regrette Ezzouhaïri.

C’est dans cet objectif que la SMG mène des campagnes de communication et de sensibilisation pour une plus grande prise de conscience de la gravité de cette maladie. À l’occasion de la semaine mondiale du glaucome, qui se déroule du 6 au 12 mars, ces campagnes de sensibilisation seront davantage renforcées, nous déclare Ezzouhaïri, et cibleront notamment les médias. «Il faut une prise de conscience globale de tout le monde, car trop de personnes deviennent aveugles chaque année. Il faut sensibiliser le grand public et créer une chaine d’informations sur le glaucome, en partageant des informations au sein de la famille, avec les amis et les collègues de travail… Notre objectif est d’éradiquer la cécité liée au glaucome au Maroc», conclut Ezzouhaïri la SMG.

Questions à Mohamed Ezzouhairi, secrétaire général de la Société marocaine du glaucome

«Au Maroc, le nombre de personnes atteintes de glaucome serait compris entre 500 et 700.000»

Qu’avez-vous prévu à l’occasion de la semaine mondiale
du glaucome ?
Cette semaine sera principalement dédiée à la sensibilisation, mais nous poursuivrons les campagnes de dépistage qu’on mène toute l’année. Nous avons opté pour des campagnes médiatiques afin de toucher beaucoup plus de gens. Le grand public doit prendre conscience de la gravité de cette maladie et s’informer des traitements possibles.

Combien de personnes sont atteintes de glaucome au Maroc et combien sont dépistés ?
Il n’existe pas de chiffres exacts, car il n’y a jamais eu d’enquête épidémiologique sur le glaucome au Maroc. Toutefois, on estime que leur nombre serait compris entre 500 et 700.000, si on se réfère à la moyenne mondiale qui est de 2 à 3% de la population à l’âge de 40 ans. Ce chiffre peut s’aggraver à cause de facteurs de risques supplémentaires, qui sont présents au Maroc. En effet, les personnes avec une couleur de peau mate ou noire ont plus de risques d’attraper cette maladie. De même, la prise de cortisone pendant plus de 15 jours augmente la pression dans les yeux et favoriserait cette maladie chez une certaine catégorie de gens.

Le glaucome est une cause inévitable de la cécité. Comment l’éviter ?
Le dépistage est la seule solution. Malheureusement, seuls 20% des personnes atteintes le savent et sont traitées. On le sait, d’après les ventes des collyres antiglaucomateux au Maroc. Parfois, quelques-uns viennent à un stade très tardif et croient qu’ils ont la cataracte. À ce stade, on ne peut plus rien faire et la perte de vue est irrémédiable et inévitable.



» Source de l'article: lematin

Autres articles