Revue de presse des principaux journaux Marocains

Social

Elle aura lieu le 19 janvier : Première journée nationale de l’angioedème

06.01.2019 - 12:00

L’Association marocaine des malades d’angioedème (AMMAO), en partenariat avec AMMAIS et l’Association marocaine de biologie médicale organisera, samedi 19 janvier 2019, la première journée nationale de l’angioedème.

Cette rencontre sera destinée à mieux faire connaître l’angioedème héréditaire. Les angioedèmes se caractérisent par une accumulation des liquides au niveau des muqueuses et de la peau entraînant un gonflement du visage, des membres ou des organes génitaux. Ils peuvent comporter un risque d’asphyxie quand la gorge est atteinte. «Dans la très grande majorité des cas, il s’agit d’un angioedème d’origine allergique, environ 20% de la population en sont touchés à un moment de leurs vies», précise un communiqué conjoint des associations. Souvent associé à de l’urticaire, il peut être provoqué par un aliment, une piqûre d’insecte ou par un médicament.

Le traitement repose sur les corticoides et les médicaments antihistaminiques. Dans les cas les plus graves, l’adrénaline est indispensable pour éviter un choc anaphylactique (propagation de l’allergie dans tout l’organisme). Pour ce qui est de l’angioedème  héréditaire, celle-ci constitue une forme plus rare et souvent méconnue au Maroc. Elle se déclare le plus souvent durant l’enfance ou l’adolescence.  Dans ce cas précis, l’œdème s’installe de façon progressive en quelques heures et persiste en moyenne de 2 à 5 jours et disparaît sans séquelle.

A noter que la fréquence et la sévérité des crises sont variables suivant les patients et chez un même patient suivant les périodes de la vie. Les interventions dentaires, des infections ORL, le stress, la grossesse constituent des facteurs déclenchant la crise. Le gonflement peut toucher l’abdomen, donnant de fortes douleurs, des nausées et des vomissements ainsi que des diarrhées. L’œdème laryngé  met en jeu le pronostic vital avec un risque de décès de 25% en l’absence de traitements.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles