Revue de presse des principaux journaux Marocains

Social

13ème région MEM by CGEM, un tremplin pour les entrepreneurs de la diaspora

23.08.2019 - 14:47

Une plateforme économique leur a été dédiée

Nouveau territoire économique dédié aux Marocains du Monde, la 13ème région, baptisée MEM by CGEM, a réussi à s’ériger depuis sa création en 2017 comme un véritable tremplin pour les entrepreneurs marocains résidant à l’étranger. La plateforme a pu en peu de temps développer sa visibilité, drainant en deux ans d’existence 489 adhérents confirmant ainsi le concept de base initié conjointement par le ministère délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration et la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM).

L’idée étant de donner aux Marocains entrepreneurs résidant à l’étranger un observatoire de l’économie marocaine depuis leur lieu de résidence. Un panorama détaillé de l’économie marocaine s’offre à eux leur permettant ainsi d’identifier les futurs investissements et les éventuelles opportunités d’affaires. Cette nouvelle orientation vise en effet à permettre aux entrepreneurs issus de la diaspora de considérer leur relation avec leur mère patrie et de leur terre d’accueil et de contribuer à la nouvelle dynamique en marche au niveau national.

D’où son caractère virtuel qui favorise une immersion économique en temps réel des entrepreneurs potentiels. Un grand effort de promotion, de prospection et d’adhésion à la 13ème région a été déployé tout au long des premiers mois de création de cette plateforme qui connaît par ailleurs une forte adhésion des principaux acteurs du monde des affaires. Une mobilisation qui illustre la symbiose existante pour développer l’économie marocaine. Le ministère chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration et son partenaire CGEM n’ont ménagé aucun effort pour ancrer ce concept dans l’esprit des entrepreneurs migrants.

De nombreux forums et rencontres ont été organisés favorisant l’échange autour de cette question. Ceci a permis de cibler davantage les entrepreneurs potentiels, de leur présenter l’offre originale «MEM by CGEM» et mesurer leur ressenti et appréciation de ce concept. Ces deux premières années du déploiement de cette plateforme ont été marquées par la préparation d’ambassadeurs MEM à travers le monde permettant ainsi de densifier le réseau de compétences marocaines à l’étranger.

Une forte adhésion de par le monde

Au total 1.500 entrepreneurs ont été approchés par les représentants de la 13ème région. Ce qui a permis de lever plusieurs incompréhensions autour de l’acte d’entreprendre au Maroc. Les échanges ont en effet contribué à éclaircir certains points et de démystifier les appréhensions de la diaspora marocaine, notamment celles relatives aux procédures administratives. La région a pour mission de donner des informations fiables et crédibles aux entrepreneurs potentiels. L’engagement étant de les aider à rétablir la confiance et les accompagner à entreprendre dans leur pays d’origine. Les différentes escales des représentants de la 13ème région ont permis de mesurer de près les potentialités des compétences marocaines résidant à l’étranger. En chiffres, ce potentiel se traduit par plus de 500.000 MRE détenant un bac+4, plus de 200.000 entrepreneurs marocains vivant à l’étranger et 6.000 associations. L’ensemble de cet effectif manifeste le besoin d’être accompagné et avoir un appui professionnel pour intégrer le monde des affaires au Maroc. Les représentants de la 13ème région les aident ainsi à concrétiser leurs objectifs en termes d’affaires de la manière la plus ciblée possible leur favorisant ainsi une entrée progressive dans le monde des affaires.

Une région virtuelle porteuse de développement

La dynamique mise en place à travers la 13ème région est porteuse de développement. A ce jour environ 500 MRE sont inscrits sur la plateforme. De même, 3.000 personnes sont d’ores et déjà abonnées aux réseaux sociaux de la plateforme.

Et à chaque escale, les représentants de MEM by CGEM ne cessent de recueillir l’accord favorable de la communauté marocaine vivant à l’étranger. Il faut dire que des affaires commencent à naître de la région. Et pour réussir ce pari, l’ensemble des parties prenantes travaille de manière collective en vue de donner une réponse ciblée et précise à l’ensemble des intéressés.

Ainsi une fois, les représentants de la 13ème région sont sollicités par un MRE entrepreneur, ils le connectent au secteur de son choix pour qu’il soit renseigné par ses pairs. Les CGEM régions sont également à la disposition des entrepreneurs potentiels en vue d’informer sur la dynamique d’investissement de chaque territoire.

Des perspectives prometteuses qui s’annoncent

Aussitôt mise sur les rails, la 13ème région a gagné en notoriété auprès des instances internationales.  Deux projets sont actuellement en cours avec la coopération belge. Citons à cet effet Maghrib Belgium Impulse dont la mission est d’accompagner 40 porteurs de projets dont 30 en pré création et 10 en post création et ce depuis la conception de leur projet jusqu’au bilan année+3. Un autre projet est déployé en partenariat avec l’Apebi et l’Anapec portant sur la formation de 80 jeunes chômeurs au Maroc dans le domaine des nouvelles technologies, notamment le segment développement et la programmation.

Le but étant d’octroyer un contrat de travail en Belgique à 30 d’entre eux au moment où les 50 restants seront employés au niveau national. De même, d’autres instances sont intéressées par le modèle 13ème région à l’instar des autorités tunisiennes qui ambitionnent de dupliquer cette expérience. En termes de perspectives, les prochaines années seront marquées par la densification de la 13ème région. L’ambition étant de drainer un maximum d’adhésion et d’implication de l’ensemble des entrepreneurs issus de la diaspora et d’augmenter leur connaissance au niveau de leurs compétences et secteurs. Des journées sectorielles dédiées à la diaspora seront programmées en vue de présenter la spécificité de chaque secteur, déterminant ainsi les compétences de la diaspora marocaine dans chaque branche d’activité et leur permettre par ailleurs d’identifier les opportunités de développement au niveau national. Pour que le Maroc profite des compétences résidant à l’étranger et faire évoluer les métiers, il sera par ailleurs procédé à la création d’un cluster recherche-développement.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles