Revue de presse des principaux journaux Marocains

Sport

Hicham El Idrissi : J’aurais aimé passer beaucoup plus de temps avec le KACM

05.10.2019 - 10:25
Trois nuls en trois matchs ont été suffisants pour évincer Hicham El Idrissi de son poste à la tête du staff technique du Kawkab de Marrakech. Malchance ou schémas techniques défaillants, les responsables du club relégué en seconde division n’avaient d’autre choix que de démettre l’entraîneur et faire appel à un autre en la personne de Hassan Oughani.
Lors d’une rencontre organisée à la grande salle du stade de Marrakech, en présence des deux entraîneurs, des joueurs, des différents staffs et des journalistes,  le président du club, Naim Radi Moubarak, a remercié El Idrissi pour le travail accompli, sa disponibilité et pour avoir accepté la séparation à l’amiable. Il a, par ailleurs, souhaité la bienvenue à Hassan Oughani et l’a invité à déployer plus d’efforts pour sortir l’équipe de cette situation.
De son côté, Hicham El Idrissi a déclaré qu’il aurait aimé passer beaucoup plus de temps avec le groupe pour lequel il a énormément de considération, mais que faute de résultats probants, il préfère laisser la main à un autre coach qui pourrait apporter un plus au groupe, tout en remerciant les composantes du club pour les conditions de travail qu’elles ont mis à sa disposition tout au long de son séjour.
Prenant la parole, Hassan Oughani s’est dit content de prendre en main les rênes d’un club de la taille du KACM, assurant qu’il fera tout son possible pour permettre à l’équipe de retrouver son éclat.
En revenant à la situation du club, il faut signaler qu’elle ne date pas d’aujourd’hui et ne se limite pas uniquement aux trois nuls enregistrés depuis le début de la nouvelle saison.
En effet, suite à sa relégation en D II, seuls deux joueurs de l’effectif de la saison passée sont restés avec le club, en l’occurrence Mahri et Forci, tous deux repêchés de l’équipe espoir. Les autres joueurs ont refusé de jouer en seconde division et préféré changer de cieux. Pire encore, l’ancien comité a lui aussi jeté l’éponge, créant une situation sans précédent.
S’attendre au miracle avec l’arrivée de Hassan Oughani serait utopique, mais il faut lui laisser le temps de travailler dans des conditions sereines.
» Source de l'article: liberation

Autres articles