Revue de presse des principaux journaux Marocains

Sport

Le Raja de Béni Mellal s’enfonce dans la crise

14.01.2020 - 11:52
Voir le gardien de la Renaissance Sportive de Berkane, Z. Laaroubi, s’échauffer dans sa surface de réparation au cœur de la seconde mi-temps, est symbolique de l’affligeante prestation offensive du Raja de Béni Mellal. Sans idées, ni précision dans les trente derniers mètres, les protégés d’Aziz El Amri n’ont pas le moins du monde inquiété l’ex-portier du WAC et ont logiquement perdu un match qu’ils n’ont jamais été en position de gagner face au leader, la Renaissance Sportive de Berkane. Pis, ils ont confirmé qu’ils manquaient un peu de tout pour éviter de redescendre à l’étage inférieur, une année seulement après avoir pris l’ascenseur, retrouvant une élite à laquelle toutes les composantes du club n’étaient visiblement pas préparées, ou ne voulaient pas s’y préparer. C’est selon. En tout cas, la gestion calamiteuse du mercato estival corrobore la seconde thèse.
En enchaînant ainsi une septième défaite d’affilée, la 10ème en onze matchs pour un nul (2-2 face au FUS), le Raja de Béni Mellal s’enfonce dans la crise et permet par la même occasion à la RSB de conforter son avance (3 pts) au classement sur son poursuivant direct, le Wydad de Casablanca (23 pts), grâce à une victoire sur le plus petit des scores (1-0), devenue la marque de fabrique de Sektioui et ses hommes.
Cliniques, ses derniers ne se sont pas surpassés pour venir à bout des Mellalis. Ils ont juste profité à la fois de l’opportunisme d’Alain Traoré et de l’erreur de main fatale du gardien adverse qui a raté son intervention et relâché le ballon sur un centre tendu, dans les pieds du Burkinabé, qui ne s’est pas fait prier pour l’envoyer au fond des filets (22’), avec une froideur digne des grands attaquants, ce qu’il n’est pas de formation. Mais au moins, pour le coup, il a contenté son entraîneur qui regrette aussi bien l’inefficacité de ses joueurs offensifs que le départ de l’artilleur Laba Kodjo, contrairement au Raja de Béni Mellal.
Si l’attaquant togolais, pensionnaire d’Al-Aïn, le club émirati, était sur la pelouse, l’addition aurait pu être encore plus salée pour une défense qui n’a pourtant pas démérité lors des 20 premières minutes. Discipliné et appliqué, le bloc défensif du RBM, structuré autour d’un 4-4-2, a réussi à contenir les offensives adverses, récupérant plusieurs ballons intéressants, tristement dilapidés en transition par manque de précision, de qualité et de virtuosité.
Bref, on se doute bien qu’Aziz El Amri aimerait manier les graines du sablier, voir le temps s’arrêter pour avoir la latitude de faire évoluer son équipe. Mais, justement, le temps file à vitesse grand V, et avec un petit point pris en onze rencontres, le Raja de Béni Mellal file tout droit vers la seconde division et en attendant, il s’enfonce dans la crise, alors que la RSB, euphorique, s’envole vers les sommets.
» Source de l'article: liberation

Autres articles