Revue de presse des principaux journaux Marocains

Sport

Halim El Aidi : «Agadir a un potentiel énorme que nous devons mettre en avant»

13.02.2020 - 22:00

Entretien avec Halim El Aidi,  président de l’Association marocaine de jet-ski (AMJSA)

Pour Halim El Aidi, la ville d’Agadir assure toute les conditions pour devenir un hub international de jet-ski.

ALM : Un mot pour présenter l’AMJSA?

Halim El Aidi : L’AMJSA est affiliée à la Fédération royale marocaine motonautique. En 2013 avec l’accord de celle-ci on a décidé de créer un événement unique sur Agadir. En effet, nous constations qu’Agadir manquait d’animation digne d’un positionnement international. Plus grande station balnéaire du Maroc et jouissant d’un climat exceptionnellement doux tout au long de l’année, Agadir est une ville de sport. Cet évènement avait pour objectif de consolider et développer cette image. Nous souhaitions également développer l’image de ce sport auprès d’une filière jeune pouvant représenter les valeurs sportives de notre ville. Ainsi est née en mai 2014 la première compétition de jet-ski à l’occasion de l’anniversaire de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan à Agadir, sous le Haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. De nombreux pilotes nationaux ont répondu présent. Pour la 3ème édition, des pilotes français et italiens ont concouru. Un représentant de l’IJSBA avait également fait le déplacement.

Comment le jet-ski contribue-t-il au rayonnement d’Agadir ?

La Fédération internationale de jet-ski (IJSBA), marquée par le professionnalisme de l’AMJSA, nous a invités à assister à la finale du Championnat d’Europe à Nysa, Pologne en  juillet 2015. De là naîtra le projet ambitieux et honorifique d’organiser la finale du Championnat du monde d’endurance à Agadir en 2017, pour la première fois de l’histoire du Maroc. Le World Finals Morocco Grand prix s’est tenu du 11 au 19 novembre 2017 sur la plage d’Agadir et sous le Haut patronage royal. 25 teams représentant 45 pilotes ont fait le déplacement au Maroc pour participer à ce Championnat du monde offshore. Des nations telles que la France, la Russie, le Portugal, l’Espagne, la Belgique, le Royaume-Uni et les Emirats Arabes Unis ont concouru à Agadir. Après 3 ans d’absence, l’Association d’Agadir est honorée et fière de reprendre les rênes pour cet événement international

Quelles sont les retombées économiques de tels évènements sur la ville ?

La publicité autour d’un événement sportif de cette ampleur envoie un signal au monde entier. Elle indique qu’Agadir et la région Souss-Massa sont propices aux affaires et prêtes à accueillir des manifestations d’envergure. Cela peut contribuer à stimuler les exportations des produits locaux ainsi qu’à attirer des flux d’investissements étrangers. Une course internationale peut avoir un impact significatif mais surtout durable sur la localité. En effet, lorsque l’organisation d’une nouvelle compétition sportive est un succès, elle devient un rendez-vous annuel. Au fur et à mesure des années, l’ancrage et les synergies locales se développent. Enfin, une appréciation positive des participants et de leur entourage sur la ville, ses infrastructures, ses attractions et activités, ses paysages environnants génèrera de la publicité par le bouche-à-oreille et donc des retombées touristiques à moyen et long termes. 

Quel regards portez-vous sur le jet-ski au Maroc ?

Le jet-ski n’est pas reconnu vraiment en tant que sport au Maroc et est bien souvent mal considéré car malheureusement aucune structure n’est mise en place dans les stations balnéaires et sur les lacs pour encadrer correctement ce sport. Le jet-ski est plus considéré comme un loisir. Or c’est un vrai sport au sens propre du terme. Avec des bases nautiques dédiées, des zones délimitées excentrées des baigneurs et un encadrement professionnel, ce sport a tous les atouts pour se développer au Maroc.

Comment encourager ce sport auprès des jeunes ?

Nous avons créé une académie de jet-ski à Agadir, sous l’égide de la Fédération royale et I’IJSBA, seul un encadrement professionnel et rigoureux peut nous permettre d’encourager les jeunes dans ce sport. Nous devons faire connaître ce sport auprès des écoles, des associations. Il est de notre rôle également de sensibiliser la jeunesse à la sécurité en mer et à la pratique de ce sport. Le jet-ski n’est pas seulement une machine où on s’amuse en mer. Comme la moto ou les courses automobiles, c’est un sport à part entière avec ses règlements.

Agadir a-t-elle les atouts pour devenir une capitale mondiale de jet-ski ?

Clairement oui. Le climat à Agadir est un gros avantage. La station a aussi une baie magnifique offrant toutes les possibilités de développer ce sport dans un cadre sécurisé. L’IJSBA nous a missionnés durant 5 ans pour organiser les Championnats du monde de jet-ski à Agadir. Cela prouve bien que la ville a un potentiel énorme que nous devons mettre en avant. Agadir dispose de toutes les structures permettant d’accueillir des événements d’envergure. Avec le discours de Sa Majesté de remettre Agadir au centre du pays et la signature du programme de développement urbain pour ériger Agadir en pôle économique et touristique attractif et compétitif, tous les espoirs sont permis. Nous sommes fiers de notre ville et de l’avenir qui lui est réservé.

Est-ce vrai que c’est un sport élitiste ?

On ne va pas se cacher que le jet-ski n’est pas un sport accessible à tous. C’est assez cher. Mais c’est aussi l’objectif de notre académie à Agadir, celui de rendre ce sport accessible au plus grand nombre. En ayant notre propre parc de machines, nous demanderons uniquement des frais d’inscription et un abonnement mensuel incluant les cours et l’utilisation des jets. Des jeunes ayant leur propre jet pourront aussi venir s’entraîner à notre académie. Nous espérons dénicher de jeunes talents qui pourront ensuite concourir au championnat du Maroc et pourquoi pas monter à l’échelle internationale ensuite.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles