Revue de presse des principaux journaux Marocains

Sport

Harit revient sur sa non convocation par Vahid Halhilodzic

03.05.2020 - 18:11
Même si son nom figurait dans la pré-liste du mois de mars dernier, Amine Harit n’arrive toujours pas à digérer ses non convocations par le sélectionneur national Vahid Halhilodzic pour les premiers matches des éliminatoires de la CAN 2021 au Cameroun.
Dans un entretien accordé au site Onze mondial, l’international marocain s’est montré des plus francs, masquant à peine son sentiment de frustration, lui qui brille en Bundesliga avec Schalke 04 mais qui n’a pas été convoqué pour les deux premiers matches officiels de l’équipe nationale version Halhilodzic.
Harit, qui compte 8 capes, a tenu à préciser que c’était lui qui avait pris l’initiative pour parler avec Halhilodzic de sa non convocation. «C’est moi qui ai fait la démarche d’appeler le sélectionneur pour lui demander pourquoi je n’ai pas été sélectionné alors que je n’ai rien fait de mal». Sauf que la réponse du coach, réputé par son franc parler n’était pas faite pour apaiser l’ambiance, tonnant que «tu (Harit) n’as pas été bon lors des rassemblements».
L’échange ne s’arrêtera pas là, puisque Harit n’a pas manqué d’exprimer le fond de sa pensée, répondant au coach qu’ « il n’y a pas  de souci. Cite-moi un joueur qui a fait un bon match sur les rassemblements où on était ensemble… Je ne demande pas à ce qu’il vienne me lécher les pieds pour aller en sélection, loin de là. Mais je veux avoir une discussion qui va me permettre de comprendre et d’avancer. Je veux un échange constructif pour qu’on aille tous dans le même sens». Et d’ajouter sur le champ que l’avenir du Onze marocain dépend des jeunes de l’équipe : « C’est moi, c’est Hakim (Ziyech), c’est Achraf (Hakimi). C’est nous le futur. Et s’il y a dès maintenant des problèmes avec nous, personne n’est gagnant dans l’histoire ».
Suite à ce triste épisode et à d’autres précédents, Amine Harit se dit «parfois» que «je me suis fait berner». Pour lui, l’équipe du Maroc, c’était «un choix de cœur», alors qu’au vu de ses qualités et de ses performances lorsqu’il évoluait avec le FC Nantes, il pouvait attendre le moment opportun pour devenir Tricolore avec les A.
Toutefois, ce scénario ne tentait pas trop le sociétaire de Schalke qui a affirmé qu’ «au moment où j’ai choisi le Maroc, j’étais en équipe de France Espoirs. J’étais surclassé et titulaire. Je pense que si j’avais continué sur ma lancée, j’aurais pu un jour prétendre à l’équipe de France A. J’ai fait le vrai choix du cœur alors que j’aurais pu… On ne va pas se mentir : il y a un écart entre l’équipe de France et le Maroc au niveau du football. Mais j’ai fait un choix de cœur, un choix d’amour. Quand cet amour, tu ne l’as pas en retour, tu te dis parfois : « Je me suis fait berner ». Et de surenchérir : «C’est comme ça que je le prends. Surtout quand j’explose tout en Bundesliga pendant trois mois et que je ne suis pas sélectionné sans raison valable».
Au sujet de sa carrière, à 22 ans, l’international marocain voit grand, avançant que «je ne me fixe aucune limite, j’ai juste envie de continuer à progresser». Et pour aller de l’avant, il n’est pas chaud à l’idée de prolonger son séjour à Schalke qu’il considère qu’ «il fait partie des quinze plus gros clubs du monde». Son objectif est de rejoindre le cercle réduit des six ou sept grosses écuries du football européen. Et pour Harit, ces cylindrées se produisent en Liga ou en Premier League, quant à la France, « il n’y a que le Paris Saint-Germain qui est plus gros que Schalke. C’est ces clubs-là qu’il faut aller chercher», a-t-il précisé.
Recruté, en provenance du FC Nantes, le 10 juillet 2017 par Schalke 04 contre 10 millions d’euros pour un contrat  s’étalant jusqu’en juin 2021, Amine Harit s’était illustré dès sa première année, raflant à titre personnel les distinctions de meilleur débutant et de meilleur espoir de la Bundesliga. La deuxième saison a été marquée par plus de bas que de hauts, mais au cours de l’exercice actuel, interrompu à cause de la pandémie du coronavirus, il s’est ressaisi de plus belle, parvenant en 24 matches disputés en Bundesliga à inscrire 6 buts et à délivrer 4 passes décisives.
» Source de l'article: liberation

Autres articles