Revue de presse des principaux journaux Marocains

Sport

SM le Roi a félicité dans un entretien téléphonique le club : Après 15 ans d’attente, le Raja remporte sa deuxième Coupe de la CAF

06.12.2018 - 21:03

Bien qu’ils aient remporté le premier acte sur un score confortable (3-0), la peur d’une remontada a naturellement trouvé sa place compte tenu de la solidité de l’adversaire.

La ville de Casablanca a vibré dimanche soir au rythme de la nouvelle consécration du Raja de Casablanca en Coupe de la Confédération africaine. Juste après le coup de sifflet final du choc l’ayant opposé aux Congolais de l’AS Vita Club pour le compte de la finale retour, des milliers de supporters sont descendus dans les rues, dansant et chantant à tue-tête les chansons cultes du club vert. Mais le parcours ne fut pas de tout repos. Car pour en arriver là, le Raja a dû cravacher dur et surmonter de nombreuses épreuves.

L’ultime épreuve l’attendait à Kinshasa, fief de la redoutable formation congolaise. Bien qu’ils aient remporté le premier acte sur un score confortable (3-0), la peur d’une remontada a naturellement trouvé sa place compte tenu de la solidité de l’adversaire du soir qui, rappelons-le, a remporté tous les matchs sur sa pelouse.

En dépit des nombreuses occasions ratées dès l’entame du jeu, les Verts ont finalement scoré lors de la première période par Abdelilah Hafidi (21è minute), remplacé suite à une blessure par Douik à la 31è minute, avant que les Congolais ne parviennent à égaliser dans le temps additionnel (45+4) par Makusu sur un somptueux coup franc.

En seconde période, l’AS Vita qui a exercé une forte pression sur la défense du Raja, a inscrit deux buts par Mukoko Batezadio (71è) et Fabrice Ngoma (74e). Mais, en pleine tempête, Juan Carlos Garrido a su gérer les dernières minutes en feu de la partie lesquelles ont connu des raids incessants de la part des Congolais en quête de nouvelles réalisations. Les Rajaouis tenaient tellement à la victoire qu’ils ont puisé dans leurs dernières ressources d’énergie pour soulever de nouveau ce graal attendu depuis 15 ans.

Suite à la consécration du Raja, SM le Roi Mohammed VI s’est entretenu au téléphone avec le président du club, Jawad Ziyat, l’entraîneur de l’équipe et son capitaine, Badr Banoun, leur exprimant ses vives félicitations pour ce sacre qui survient au terme d’un brillant parcours.

Lors de cet entretien téléphonique, qui a eu lieu à l’issue du match, le Souverain a chargé le président, l’entraîneur et le capitaine de l’équipe casablancaise de transmettre ses félicitations aux joueurs, au staff et aux supporters de l’équipe du Raja pour cet important triomphe, motif de fierté pour l’ensemble du public sportif et tout le peuple marocain.

Le Raja pourra espérer glaner un nouveau sacre dans quelques semaines. Il croisera le fer avec l’Espérance Sportive de Tunis, tenante du titre de la Ligue des champions pour la Supercoupe d’Afrique.

Celle-ci est, en principe, prévue le 29 décembre sur le terrain du détenteur de la Ligue des champions d’Afrique, mais, selon des sources, elle pourrait être délocalisée à Doha au Qatar.

Casablanca en pleine euphorie après le sacre des Verts

Une explosion de joie a éclaté, dimanche soir, dans différents coins de la ville de Casablanca après le sacre historique du Raja face aux Congolais de l’AS Vita Club en finale de la Coupe de la Confédération africaine de football (CAF-2018).

Dès le sifflet final de cette rencontre, les klaxons ont retenti aussi bien au centre que dans la périphérie de la ville avant que les foules investissent la corniche de Ain Diab, qui a vécu une nouvelle journée mémorable de l’histoire du football national.

Ainsi, une ambiance d’hystérie s’est installée dans tous les recoins de la métropole, notamment dans les fiefs du club à Hay Mohammadi et Derb Soltane, où des milliers de supporters ont laissé éclater une joie sincère, soulagés d’avoir finalement remporté le deuxième trophée de cette compétition après celui de 2003. La Place Sraghna a vite été prise d’assaut par les fans du Raja, chantant et dansant aux rythmes de leurs refrains de prédilection et brandissant des drapeaux et des pancartes.

A l’instar de la métropole, dans d’autres villes du Royaume, des jeunes et moins jeunes sont descendus dans les grandes artères des villes jusque tard dans la nuit, dans une atmosphère conviviale. A Casablanca, le rush des automobilistes était signalé du côté de la corniche, où les Casablancais ont pris l’habitude de célébrer leurs victoires sportives, et où la circulation a dû être coupée durant des heures tant la foule était immense. La fête s’est poursuivie   dans la nuit particulièrement dans les fiefs historiques du Raja, club qui a écrit, dimanche soir, une nouvelle page rayonnante de l’histoire du football marocain

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles