Revue de presse des principaux journaux Marocains

Sport

14ème journée de la Botola Maroc Telecom D1- WAC, HUSA : Duel à distance

23.01.2019 - 15:02

L’équipe soussie devra faire face à une pointure de taille, en l’occurrence le DHJ. Bien que les locaux aient l’avantage du terrain et le soutien du public, leur mission est loin d’être aisée.

La quatorzième journée de la Botola Maroc Telecom D1 s’achève avec des affiches alléchantes à l’ordre du jour.

Leader en solitaire, le Wydad s’apprête à rallier la ville du détroit pour y affronter son club local, l’IRT. C’est le match des extrêmes.

Le club tangérois bat de l’aile. Il a du mal à prendre de la hauteur comme la saison écoulée où il a été sacré champion. D’où vient la panne ? Grande question. Elle est sûrement due au changement répétitif des entraîneurs, au recrutement tous azimuts de certains éléments qui pour colmater les brèches dont souffre celui-ci, et le départ du talentueux Hamoudane vers d’autres cieux qui n’a pas été remplacé au pied levé.

La défaite laisse des traces

Eliminés en Ligue des clubs champions d’Afrique puis de la Coupe de la Confédération par le Zamalek, Neghmi et ses partenaires doivent se concentrer sur les compétitions nationales (Championnat et Coupe du Trône). Atteints au mental, ils risquent d’être mangés tout crus par leurs hôtes du jour. Tout baigne pour ces derniers. Ils sont sur le bon chemin dans le safari africain malgré l’échec enregistré face à Mamelodi Sundowns.

Tout espoir n’est pas perdu pour aller plus loin dans cette compétition prestigieuse. Sur le plan local, les protégés de Fouzi Benzerti trônent en tête avec trois longueurs d’avance sur leur poursuivant immédiat, le Hassania.

L’autre représentant de la capitale économique aura la lourde tâche de se mesurer à l’AS FAR. Certes, celle-ci rend une très mauvaise copie depuis le début de saison, mais quelques changements au niveau de la direction technique pourraient se faire ressentir, notamment avec la nomination de Carlos Alós Ferrer comme entraîneur.

Le technicien espagnol tâchera d’infuser du sang neuf à son groupe. Quant au Raja dont la dernière victoire remonte au 26 décembre contre le CAYB, il sera temps de redresser la barre pour remonter dans le classement et réduire l’écart avec le leader.

Joli duel en perspective au stade Municipal de Berkane  où le FUS rend visite à la RSB. Les deux formations sont plus proches l’une de l’autre au classement avec un écart de deux longueurs. En fait, les protégés de Walid Regragui tardent à retrouver leur équilibre. Sur les treize rencontres disputées, ils n’ont récolté que dix-sept points. Réussiront-ils à débloquer leur compteur et à pièger le club de la clémentine dans son jardin ? On ignore ce qui peut se passer en football.

Sauf que ceux de Mounir Jaouani sont au top. Ne viennent-ils pas de réaliser la bonne opération en validant leur ticket à la phase de groupes en laminant l’ASC Jaraaf (5-2) et en tenant en échec les deux clubs casablancais dans leur antre. Sans oublier le succès obtenu face à l’IRT (2-0) lors de la précédente journée. Le mérite revient au coach qui a su tirer l’effectif vers le haut en le façonnant selon sa propre vision. Ses boys sont déterminés à poursuivre leur marche en avant au safari africain et à lutter pour le titre de champion avec les grosses écuries.

Sur le papier les Berkanis partent largement favoris pour brouiller les cartes étalées par le technicien Walid et à surclasser les siens. Affaire à suivre.

Sans surprise aucune, le Hassania a réussi à rejoindre le Raja et la Renaissance de Berkane à la phase de groupes en venant à bout de Jimma Aba Jafar. Conscients que la route est longue et semée d’embûches, les coéquipiers de Yassine Rami sont déterminés à franchir les obstacles les plus durs et à ne pas perdre de vue le chef de file de notre Botola. Concernant celle-ci l’équipe soussie devra faire face à une pointure de taille, en l’occurrence le DHJ. Bien que les locaux aient l’avantage du terrain et le soutien du public, leur mission est loin d’être aisée face à Mehdi Karnass et les siens qui ne manquent pas d’atouts non plus.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles