Revue de presse des principaux journaux Marocains

Sport

Une victoire difficile mais précieuse : Le Maroc bat la Namibie au forceps

27.06.2019 - 12:33

C’est la première victoire des Lions de l’Atlas dans un match d’ouverture de la CAN dans leurs trois dernières participations dans cette compétition.

Un grand ouf de soulagement a été poussé par les supporters marocains juste avant le dénouement du premier match de la sélection nationale face à son homologue namibienne en match de la première journée (groupe D) de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) Egypte-2019.

Les Lions de l’Atlas ont réussi ainsi à empocher trois précieux points dans ce match à sens unique et disputé devant un public moyen. La délivrance n’est toutefois pas venue des pieds des Marocains car c’est le malheureux Itamunua Keimuini qui nous a offert les points de la victoire en marquant contre son camp (89è).

Qu’à cela ne tienne, l’équipe nationale a exercé une forte pression sur son adversaire du jour d’entrée. Dès le coup d’envoi de cette rencontre, l’équipe nationale s’est en effet installée dans le camp namibien créant d’innombrables occasions, qui n’ont pas été exploitées à cause, tantôt, du manque de concentration, tantôt de la bonne organisation défensive des Namibiens. Les assauts marocains se sont multipliés lors de cette première mi-temps mais sans inquiéter véritablement le gardien namibien Loydt kzapua.

Au retour des vestiaires, les hommes de Hervé Renard sont revenus avec de nouvelles intentions s’approchant de plus en plus des cages de Keeper namibien, mais toutes les occasions ont été ratées, à cause notamment du manque d’efficacité offensive.

Les Namibiens ne voulant pas se découvrir, les Marocains ont diversifié le jeu, en recourant aux côtés, notamment le flanc gauche, essayant de passer par l’axe ou tirant de loin, mais toutes les occasions butaient sur une défense bien en place.

A la 57è minute de jeu, le Maroc a effectué le premier changement avec l’entrée en jeu de Sofiane Boufal à la place de Mehdi Bourabiaa, afin de donner un nouveau souffle à l’attaque marocaine.
Au fil des minutes, la pression allait crescendo côté Lions de l’Atlas qui ont dominé cette rencontre de bout en bout.

En dépit des changements opérés par Renard, avec l’alignement de Mounir Al Ahmadi et de Khalid Boutayeb, le score est resté inchangé jusqu’à la 89è minute qui a vu les Marocains inscrire le but de la délivrance. En effet, un coup franc bien tiré côté gauche par Hakim Ziyech met en difficulté Itamunua Keimuini qui ne peut faire mieux que mettre le cuir dans son propre camp offrant ainsi une précieuse victoire aux Lions de l’Atlas.

Il s’agit de la première victoire des Lions de l’Atlas dans un match d’ouverture de la CAN dans leurs trois dernières participations dans cette compétition.

Déclarations des entraîneurs 

Hervé Renard

«Le match a été très difficile, mais nous avons réalisé le plus important. La combativité des joueurs namibiens, qui ont des qualités dignes de respect, a surpris les Lions de l’Atlas.

Le retranchement en défense de l’adversaire ainsi que le bon niveau de ses joueurs ont compliqué notre tâche mais nous avons pu marquer et c’est ça l’important. Il faut aussi savoir que la première rencontre de toute compétition est généralement difficile mais l’essentiel est d’empocher les trois points de la victoire».

Ricardo Mannetti

«Le manque d’expérience continentale a été décisif dans notre défaite. L’équipe de la Namibie méritait le nul et le résultat a été frustrant car nous n’avons pas réussi à marquer un point qui nous aurait été précieux. Mais notre équipe aura son mot à dire lors des deux prochains matchs de qualification comptant pour ce groupe.

Certains se demandent pourquoi nous jouons la défense. En tant que manager, je choisis la méthode tactique qui convient le mieux au potentiel de mon équipe, et cela ne veut pas dire que j’aime jouer de cette manière. Deux matchs restent encore à disputer lors de ce premier tour. La concentration et la confiance sont très importantes et nous n’allons perdre ni espoir ni détermination».

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles