Revue de presse des principaux journaux Marocains

Sport

Les Fennecs ont fait respecter la hiérarchie : L’Algérie en mode rouleau compresseur contre la Guinée

10.07.2019 - 22:15

Venus en outsiders, mais révélés par leur succès face au Sénégal (1-0) en poule, les Verts ne peuvent plus se cacher derrière leur absence du Mondial ou leur piteuse performance lors de la dernière CAN.

Devant la Guinée l’Algérie n’a pas claqué des genoux pour garantir sa qualification au quart de finale. Le rigoureux sélectionneur Djamel Belmadi a rapporté un peu de rationalité dans cette phase finale folle et déconcertante. Après les sorties prématurées du Cameroun, du Maroc et de l’Egypte, et la surprise Madagascar, ses Fennecs ont fait respecter la hiérarchie avec autorité.

Venus en outsiders, mais révélés par leur succès face au Sénégal (1-0) en poule, les Verts ne peuvent plus se cacher derrière leur absence du Mondial ou leur piteuse performance lors de la dernière CAN. Face aux Guinéens, ils ont franchi un nouveau palier en gérant la pression d’une rencontre à élimination directe.

Sur le continent, ils n’avaient plus gagné ce genre de match depuis 2010. «Favoris, pas favoris, ça ne veut rien dire», a calmé le coach. «Il y a pas mal de temps qu’on dit qu’on est ici pour réaliser ce que personne ne croit peut-être. Nous, on y croit.»

Si elle a alterné des périodes de grosse activité et d’autres très monotones, l’équipe de Sofiane Feghouli aura surtout impressionné par son réalisme. Elle a ouvert le score sur son premier temps fort, par Youcef Belaïli, à la conclusion d’un enchaînement avec Baghdad Bounedjah (24).

Riyad Mahrez a ensuite plié le match d’un but à son image: superbe contrôle orienté à la réception d’un centre d’Ismaël Bennacer, frappe qui n’a laissé aucune chance à Ibrahim Koné (57). Le milieu de Manchester City compte deux réalisations dans cette CAN, une de moins que son coéquipier Adam Ounas, auteur du 3-0 (82) après un contre bien mené par Youcef Atal. L’ancien bordelais, en marquant cinq minutes après son entrée en jeu, a mis en valeur une autre force de l’Algérie: son banc.

«Il y a des joueurs de qualité sur le banc qui peuvent à chaque fois faire la différence. Ce n’est pas une surprise pour moi», a réagi Belmadi.

Mais jusqu’au sommet de la pyramide, l’Algérie a encore des marches à grimper, à commencer par un quart chaud bouillant contre le Mali ou la Côte d’Ivoire jeudi à Suez, deux nations aussi dangereuses qu’imprévisibles.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles