Gibraltar confirme la fuite de fioul du navire OS 35 suite à un accident maritime

Selon le gouvernement de Gibraltar, l’équipe de sauvetage à bord a identifié la source de la fuite au niveau de deux évents de réservoirs du navire, et la barge de déchets sera bientôt amenée le long de l’OS35 afin de pomper son carburant.

De son côté, l’autorité portuaire de Gibraltar et le navire de sauvetage maritime espagnol “Luz de Mar” se trouvent en aval du navire et recueillent les hydrocarbures flottants qui ont déjà été évacués. Ils déploieront également des barrages flottants absorbants.

Situation “stable”

La situation sur l’OS35 est restée “stable” tôt jeudi matin, après que l’“incident grave” de la rupture ou du “flambage” de la coque du vraquier a été déclaré mercredi 31 août dans l’après-midi, selon le gouvernement de Gibraltar. Le déchargement du carburant a commencé dans la journée, selon les autorités portuaires.

Le gouvernement de Gibraltar a également publié une note de rectification en réponse à “certaines erreurs” dans les médias concernant les informations sur l’incident impliquant l’OS 35. Le gouvernement de Fabian Picardo défend ses actions et “clarifie” certains détails de la procédure.

Au moment du premier impact de l’OS 35 avec le GNL ADAM, l’OS 35 a nié tout dommage et avait l’intention de poursuivre sa route au large. L’OS 35 se dirigeait vers le détroit à Europa Point, et il n’y avait aucune avarie à bord, insiste-t-on.

“Les informations qui nous ont été fournies une fois les événements survenus sont que le capitaine a désobéi aux ordres de la Capitanía Marítima”

Fabian Picardo

Gibraltar n’a pas “déplacé” le navire hors de sa baie, il était déjà en train de partir “contrairement aux instructions de la capitainerie du port de Gibraltar”, explique Fabian Picardo, le ministre en chef du Rocher. “La seule solution viable pour éviter que le navire ne coule, ce qui aurait presque certainement entraîné le déversement de fioul et le risque de décès de son équipage, était de l’échouer, car il aurait coulé dans la baie et le risque environnemental serait désormais plus élevé”, poursuit-il, justifiant le déplacement du navire vers la partie orientale de Gibraltar plutôt que vers le port.

“N’importe quel expert, même du port d’Algésiras, peut confirmer que les eaux profondes d’un port ne sont pas le bon endroit pour traiter un tel problème. Il est plus approprié de stabiliser le navire en l’échouant dans des eaux peu profondes”, ajoute-t-il.

Dans une interview accordée à la télévision espagnole, Picardo a rejeté la responsabilité de l’accident du vraquier directement sur son capitaine : “Il ne s’est pas arrêté, il n’a pas suivi les instructions de Gibraltar et il a dit qu’il n’y avait pas de dégâts.”

Bien qu’une enquête soit en cours, “les informations qui nous ont été fournies une fois les événements survenus sont que le capitaine a désobéi aux ordres de la Capitanía Marítima”,  a insisté le dirigeant de Gibraltar.

Continuer la lecture

Quitter la version mobile