ActualiteHespress

Israël: Fin de la coalition gouvernementale, Yair Lapid devient PM intérimaire

Les législateurs israéliens ont voté la dissolution du parlement jeudi, mettant fin à la coalition gouvernementale d’un an du Premier ministre, Naftali Bennett, et renvoyant le pays aux urnes pour la cinquième fois en moins de quatre ans.

Les 120 député ont voté pour dissoudre la Knesset et organiser les prochaines élections le 1er novembre, a déclaré un porte-parole du parlement dans un communiqué.

Bennett devrait céder le pouvoir à Yair Lapid, ministre des Affaires étrangères et chef du parti centriste Yesh Atid, en vertu de l’accord de partage du pouvoir qu’ils ont conclu à la suite d’élections non concluantes en 2021.

Le changement de pouvoir sera effectif à partir de vendredi et Lapid occupera le poste jusqu’à la formation du prochain gouvernement.

Lapid, ancien journaliste et personnalité des médias, deviendra le 14e Premier ministre d’Israël, en remplacement de Bennett, le dirigeant ayant eu le moins d’ancienneté dans le pays.

En tant que Premier ministre par intérim, Lapid, 58 ans, a un agenda chargé de questions diplomatiques et de sécurité. Dimanche, il tiendra sa première réunion de cabinet en tant que Premier ministre. Deux jours plus tard, il se rendra à Paris pour rencontrer le président français Emmanuel Macron.

À la mi-juillet, c’est lui qui rencontrera le président américain Joe Biden, dont le voyage préprogrammé au Moyen-Orient couvre Israël et l’Arabie saoudite.

La coalition de Bennett a fait pression pour une approbation rapide du projet de loi de dissolution après qu’il ait annoncé la semaine dernière que son gouvernement n’était plus tenable.

La coalition a été inaugurée en juin 2021, lorsque Bennett et Lapid l’ont formée après deux années de crise politique au cours desquelles aucun candidat n’a pu obtenir suffisamment de voix pour former un gouvernement.

Il est composé de huit partis idéologiquement divers, dont les colombes libérales, les faucons laïques, les pro-colons religieux et le parti islamique de Ra’am, marquant la première fois qu’un parti arabe fait partie d’un gouvernement de coalition en Israël. Le seul motif qui les a unis était d’évincer Benyamin Netanyahou, le plus ancien dirigeant d’Israël, qui fait l’objet d’un procès pénal pour trois cas distincts de scandales de corruption.

Une série de défections a laissé la coalition sans majorité au parlement pendant plus de deux mois.

Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page