ActualiteHespress

La grève des transporteurs espagnols inquiète la filière fruits et légumes au Maroc

En Espagne, une grève des transporteurs routiers se profile, suscitant l’inquiétude des exportateurs de fruits et légumes aussi bien en Espagne qu’au Maroc. En effet, les travailleurs du secteur du transport espagnol dans la majorité de leurs syndicats, votent ce dimanche sur la nécessité d’organiser une nouvelle grève en raison de la hausse des coûts du carburant.

Les exportateurs espagnols de fruits et légumes mais pas que, puisque plus au Sud dans un autre Royaume on est tributaire de ce mouvement dont la menace est à peine voilée, se préparent à de nouvelles perturbations après que les camionneurs aient annoncé leur intention d’une grève des transports prochainement.

Si l’appel à une nouvelle grève des transports se concrétise, en attendant sa ratification dimanche ce seront 250 000 tonnes de fruits et légumes destinés à l’exportation et 200 000 tonnes destinées au marché national espagnole soit 250 000 millions d’euros de jetés, à valeur de l’exportation de fruits et légumes frais en une semaine du mois de juillet et environ 280 000 millions d’euros, à peu-près, sur le marché national chaque semaine, indique l’association espagnole des producteurs et exportateurs de fruits et légumes en Espagne, Fepex.

Les produits les plus touchés aussi bien en Espagne qu’au Maroc, seront les fruits d’été et notamment les pêches, les nectarines, les abricots, les prunes et les cerises en raison de leur nature extrêmement périssable, le melon et la pastèque étant également concernés qui, bien que moins périssables que les fruits à noyau, aux mois de juin, juillet et Août atteint le pic de production et d’exportation.

Les légumes seront également touchés principalement la tomate, le poivron et la laitue. Pour cette raison, l’Association considère que le secteur de la production et de l’exportation de fruits et légumes, qui est décisif pour la durabilité sociale et économique des zones de production, sera gravement touché et sera l’un des plus touchés par une future grève, car ils sont des produits dont la collecte et la commercialisation ne peuvent être différées, juillet étant, de surcroît, un mois d’activité maximale.

Il est donc considéré comme essentiel que « le libre transit » des produits périssables soit respecté. Et on y est, le libre transit des produits périssables ! Le transit concerne les produits marocains également, il ne fait aucun doute que le peu de camionneurs marocains exerçant dans cette activité en seront affectés.

L’avertissement à travers cette demande « au secteur des transports de ne pas soumettre la société à une nouvelle menace » est on ne peut plus clair et il met l’ensemble du secteur alimentaire sur pied de guerre. La chaîne agroalimentaire espagnole a souligné que le secteur est au milieu de la campagne des fruits d’été et qu’une grande partie de sa production est destinée aux marchés internationaux, et qu’une grève signifierait qu’il n’y aurait pas de réponse à la demande internationale et cela se traduirait par la perte de destinations d’exportation.

De ces dernières, le Maroc n’en profiterait pas tellement, car qu’on se le dise il reste dépendant de la main nourricière de l’Espagne qu’il fournit au même titre que l’Europe d’une manne en tonnes de fruits et légumes et dont il est également parfois dépendant du transport ( transbordement de marchandises aux niveau des frontières des deux pays).

Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page