ActualiteHespress

Le président égyptien Al Sissi rappelle qu’il ne faut « pas traiter avec les milices armées »

Le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi a affirmé, mercredi, que les pays arabes ne doivent en aucun cas traiter avec les milices terroristes et doivent préserver l’intégrité territoriale des pays. Son intervient s’inscrit dans un contexte de tensions arabes liées à l’organisation par l’Algérie du prochain Sommet de la Ligue arabe. 

A moins de deux mois avant le Sommet de la Ligue arabe organisé à Alger, le chef d’Etat égyptien, dont le pays abrite le siège de l’organisation régionale, a mis en garde certains pays contre plusieurs points.

« Le prochain sommet arabe en Algérie se tient à un moment sensible pour la nation arabe, qui connaît de nombreuses crises, des tensions et la propagation de la menace terroriste », a-t-il reconnu dans un entretien à la presse.

L’Egypte entretient des relations crispées avec l’Algérie depuis que le pays maghrébin a développé son partenariat avec l’Ethiopie en conflit avec l’Egypte à cause du Nil), ce qui a poussé le président algérien Abdemadjid Tebboune a envoyé son chef de la diplomatie en urgence au Caire pour inviter Al Sissi.

Et en prévision du Sommet arabe qui sera organisé en Algérie, le président égyptien a tenu à clarifier certains points liés à ce rendez-vous politique, notamment le soutien à la souveraineté et l’intégrité territoriale des Etat membres et la lutte contre les pactes avec les milices armées.

« Afin d’être clair et concentré sur ce point je souligne l’inévitabilité de restaurer un certain nombre de principes et de concepts dans notre région arabe, dont le principal est l’adhésion au concept d’État national, la préservation de la souveraineté et l’intégrité territoriale des pays, et ne traiter sous aucune forme avec les organisations terroristes et les milices armées », a-t-il déclaré.

S’il a reconnu que ce Sommet sera organisé à un moment « sensible » pour les pays arabes et s’est concentré sur ces points précis, c’est que cette rencontre sera organisée dans un contexte de crise entre le pays organisateur et son voisin direct le Maroc, l’Algérie ayant rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc sur fonds di différend autour du Sahara.

Et la participation du Maroc à ce sommet qui sera scruté est l’un des enjeux de sa réussite. Dans une analyse à ce sujet, le politologue Mustapha Tossa a indiqué que ce sommet « à haut risque maghrébin » revient principalement à la situation diplomatique de rupture entre Alger et Rabat, et cette relation entre les deux capitales « était au cœur du bras de fer institutionnel de son organisation et de l’élaboration de son agenda politique ».

Pour rappel, l’Algérie est le principal soutien financier, diplomatique et militaire de la milice séparatiste du polisario qui agit contre l’intégrité territoriale du Maroc. Ce soutien à cette organisation armée cristallise les relations entre les deux voisins et remet en cause la capacité de l’Algérie à fédérer pour cette rencontre.

Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page