ActualiteHespress

Les Etats-Unis ont acheté les fruits et légumes marocains de manière « agressive » cette année

Les Etats-Unis sont devenus ces derniers mois l’un des plus grands acheteurs de produits agricoles marocains, selon un acteur du marché agricole national. Alors que l’Union européenne est le premier client du Maroc en fruits et légumes, les Etats-Unis commencent à grignoter des parts.

« Les États-Unis deviennent un marché très important », a affirmé Stéphanie De Wit, une entrepreneure sud-africaine établie à Marrakech, dont les produits sont exportés aux États-Unis, au Canada, en Afrique du Sud, au Royaume-Uni, en Europe et en Asie.

La propriétaire d’une unité de production agricole qui se charge de produire fruits et légumes et de les exporter, a indiqué au site Murcia que les Etats-Unis commencent à prendre du volume, en termes d’achat. Elle affirme que sur ce terrain, le Maroc n’est pas en concurrence avec l’Espagne, et a ajouté que les Etats-Unis ont eu une stratégie d’achat très importante cette année auprès du Maroc.

« Cette année, les États-Unis ont acheté de manière agressive au Maroc », a affirmé l’entrepreneure, cheffe de sa société « 100 % marocaine », spécialisée dans des produits de niche.

Elle estime que la situation géographique du Maroc est l’un de ses principaux atouts. « Nous travaillons dans les hémisphères nord et sud, ce qui nous permet de proposer un approvisionnement en produits frais toute l’année ».

Par ailleurs, le royaume a également un avantage climatique qui lui permet d’avoir du soleil tout au long de l’année. « Nous avons un avantage climatique », a affirmé Stéphanie De Wit qui a poursuivi que le coût de la main-d’œuvre est également plus compétitif.

« Le Maroc peut offrir un produit de bonne qualité et logistiquement nous sommes très bien positionnés pour atteindre le reste du monde et le marché. Cependant, il faut garder à l’esprit que nous supportons une augmentation des coûts. Les transports, les emballages et les engrais/produits chimiques ont augmenté de manière très significative », a-t-elle nuancé.

Concernant les produits de sa société, elle a indiqué se concentrer sur des produits de niche pour se différencier de la concurrence.

« Nous nous concentrons sur des produits de niche dans le but d’être différents du reste. Nous travaillons notamment sur les grenades, les poivrons, les melons, les baies et les agrumes bio puis sur les agrumes conventionnels », a-t-elle confié au média ibérique Murcia.

Stéphanie De Wit a ainsi estimé que les agrumes bio cultivés au Maroc ont un très bel avenir, soulignant que pour le moment il s’agit encore d’une phase nouvelle. « Il faut du temps pour gagner la confiance des clients et la demande est plus faible, donc c’est plus difficile sur le plan logistique », a-t-elle fait remarquer.

En ce qui concerne le marché asiatique, l’agricultrice indique que « l’Asie a de la place pour l’offre et le développement. Bien que la distance soit un défi, c’est sans aucun doute le marché d’avenir sur lequel nous allons nous concentrer » dans le cadre de ses activités.

Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page