«Notre combat pour la vérité, la justice et la mémoire va se poursuivre»

Comme chaque année depuis les années 60, la famille de Mehdi Ben Barka et les militants au sein de l’Institut Mehdi Ben Barka – mémoire vivante, a organisé, samedi 29 octobre, l’habituel rassemblement devant la brasserie Lipp à Paris. Lors d’une intervention, Bachir Ben Barka, fils de l’opposant politique de gauche et leader de l’UNFP a pris la parole pour rappeler que ce rassemblement intervient alors que le 29 octobre a été décrété «journée du disparu» par toutes les associations de droits humains au Maroc et par l’ensemble des familles des victimes de la disparition forcée et leurs associations.

«Cette date du 29 octobre a été retenue pour que la symbolique de la disparition de Mehdi Ben Barka serve de point d’appui pour dénoncer le phénomène de la disparition forcée encore présent au Maroc, pour soutenir le combat des familles des victimes pour connaître la vérité sur le sort de leurs proches et exiger la fin de l’impunité des responsables des violations des droits humains», a-t-il déclaré. 

«Plus de dix ans après la fin des travaux de l’Instance Equité et Réconciliation, ses recommandations en ce qui concerne la disparition forcée ne sont toujours pas mises en œuvre. Bien au contraire, nous assistons, année après année à la volonté manifeste du CNDH de tourner la page de la disparition forcée sans répondre aux revendications légitimes des familles concernant la vérité sur le sort de leurs proches.»

Bachir Ben Barka

Le fils de Mehdi Ben Barka a aussi évoqué «la grave dégradation de l’état général des droits humains au Maroc», estimant que pour le dossier de la disparition de son père, «aucun progrès n’est intervenu dans les requêtes du juge français en direction des autorités judiciaires marocaines». Celles-ci «n’ont plus répondu à ses demandes dans le cadre des Commissions rogatoires internationales depuis 2003», a-t-il enchaîné. Bachir Ben Barka a ajouté qu’une «démarche directe auprès du ministère de la justice marocaine n’a pas abouti elle aussi».

«Plus que jamais, malgré le temps qui passe, notre combat pour la vérité, la justice et la mémoire va se poursuivre avec votre soutien. Je reste convaincu qu’il aboutira, la résolution de ma famille et de son avocat, Maurice Buttin, ne fait que se renforcer année après année», conclut-il.


Continuer la lecture

Quitter la version mobile