ActualiteHespress

Sebta, un El Dorado macabre pour bien de nos jeunes et mineurs

Si “Ain’t it foggy outside“ est forcément liée à des avions cloués au sol comme dirait la chanson “Sandman “ du groupe américain, “America“ justement, dans nos contrées pour bien de nos jeunes et mineurs aux aguets, c’est un signe du destin, vers un “El Dorado “ qui souvent et malheureusement, ne s’avérera pas le pays de cocagne tant rêvé.

En effet, il n’est plus un jour depuis un peu plus de deux semaines où les médias espagnols de l’enclave de Sebta ne font pas état de tentatives d’entrée, désespérées on va dire, de jeunes migrants à la nage vers le préside. Ils profitent en cela d’un brouillard constant ces derniers temps pour tenter l’aventure. Certains réussissent, d’autres non. De fait, ils sont contraints de rentrer au bercail quand ils ne périssent pas en mer.

Sebta héberge actuellement quelque 350 mineurs étrangers non accompagnés. Des deux côtes de la rive, des agents ont été déployés au regard de l’augmentation des “traversées“ de ces jeunes qui au péril de leur vie et, profitant du manque de visibilité tentent le coup. Ce déploiement est une décision qui a été prise de part et d’autre, dès lors que 21 mineurs marocains non accompagnés avaient réussi à contourner le brise-lames à la nage et pénétrer à Sebta la semaine passée par une “belle “ journée de brouillard.

Car après tout, il n’y a que le brise-lames de Tarajal à longer pour s’ouvrir la voie à d’autres aspirations de vie. Sauf que la surveillance intensifiée, ne permet plus l’aisance d’une telle aventure. Si des tentatives ont abouti, ce n’est pas le cas pour toutes, car le manque de visibilité, s’il permet aux clandestins de ne pas être détectés, de se faufiler et passer outre les mailles du filet, pousserait plutôt à des prouesses. Car, en effet, les sorties et entrées du brise-lames sont contrôlées ce qui oblige les migrants à chercher d’autres moyens plus épuisants pour éviter d’être interceptés.

A ce titre, ils sont une bonne quarantaine de migrants pour la plupart des Marocains à avoir pu décrocher le sésame lors de la dernière semaine. Cependant, quand nos agents de l’ordre de ce côté-ci de la frontière ont été déployés, ils ont mis échec à une quinzaine de tentatives par cette météo qui baigne l’enclave et environs, canicule oblige, de son épaisse brume. Pour 2022, Sebta fait état de 110 migrants qui sont parvenus de cette manière à y pénétrer, arguant en cela que les entrées irrégulières se sont multipliées avec l’arrivée de l’été où 28 mineurs ont réussi à joindre à la nage le préside contre une bonne quarantaine en juillet.

Ce lundi, encore des dizaines de jeunes ont tenté cet objectif, en vain. Les forces marocaines sont intervenues dans leur zone en arrêtant beaucoup de clandestins, rapporte un média de Sebta tandis que du côté espagnol la Guardia civil veillait et sur terre et sur mer tout comme leurs homologues marocains, au demeurant, malgré le problème d’une visibilité « nulle » pour la circonstance et propice à toutes sortes d’accidents maritimes ou terrestres. Note tragique, la découverte du corps du jeune Tarik (23 ans) qui pour avoir voulu profiter du brouillard a nagé vers la mort. La semaine dernière, la découverte d’un autre corps d’un autre jeune marocain, Zakaria en l’occurrence, avait causé émotion et indignation.

Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page