ActualiteArt & CultureLe360

SIEL 2022: le CNDH organise un débat sur la promotion des cultures africaines

Par Mohamed Chakir Alaoui et Brahim Moussaaid le 10/06/2022 à 15h45

Le Conseil national des droits de l’homme (CNDH) a organisé un débat sur les nouveaux axes de promotion des cultures africaines, dans le cadre du SIEL 2022, à Rabat.

© Copyright : Brahim Moussaaid /le360

Le Conseil national des droits de l’homme (CNDH) a organisé, dans le cadre du 27e Salon international de l’édition et du livre (SIEL), un débat fort intéressant relatif à la prospection de nouveaux axes visant à promouvoir les cultures africaines.

De la discussion, à laquelle a participé une assistance nombreuse composée d’intellectuels nationaux et étrangers, a jailli une épineuse question, celle de «l’obligation» de la restitution à l’Afrique des œuvres d’art spoliées par des pays occidentaux.

 

Lors du débat, les participants ont regretté que la promotion des cultures interafricaines se heurtent à divers obstacles, liés notamment à la faiblesse des échanges entre pays.

 

Ces freins touchent également le domaine du livre et de sa distribution. «Nous avons évoqué les nouveaux axes de développement des cultures africaines, en prenant exemple sur la diffusion entre les libraires et les éditeurs. Il y a parfois un vide qu’il faut combler en faisant en sorte que les diffuseurs interviennent», a expliqué l’écrivain camerounais Eugène Ebodé.

 

Et d’ajouter qu’un autre axe important lié à la «restitution» des œuvres d’art aux Africains a été abordé. «Cette question est fondamentale parce que pendant très longtemps, (les Africains) ont été spoliés de ce qui était des éléments de leur stabilité et de leur équilibre. Et quand un équilibre a été rompu pendant tant d’années, on ne peut pas imaginer que l’Afrique se rétablisse tout d’un coup et marche sans béquilles». Pour Eugène Ebodé, «aujourd’hui, les béquilles les plus fondamentales, qui nous semblent une évidence, c’est la culture, à nouveau la culture et toujours la culture parce que le lien fondamental, c’est le passé, le présent et l’avenir», a-t-il ainsi expliqué.

 

A ce propos, les intervenants ont évoqué «l’idée intéressante de créer un organisme panafricain chargé de la restitution des œuvres d’art spoliées».

 

Sur ce thème de la restitution, l’avocat et écrivain Christian Kader Keita, d’origines congolaise et mauritanienne, a d’ailleurs présenté les axes du livre qu’il vient de publier sous le titre Sur le chemin de la restitution des œuvres aux Africains.

 

 

 

Par Mohamed Chakir Alaoui et Brahim Moussaaid

Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page