ActualiteHespress

Un collectif de victimes saisit le Roi Mohammed VI

Un collectif de victimes de spoliations immobilières et détournement d’héritages a dénoncé « l’absence de toute volonté politique » de régler leur problèmes qui trainent depuis des années. A bout devant l’injustice qu’elles subissent, elles saisissent, dans une lettre, le Roi Mohammed VI. 

« À ce jour, aucune victime n’a retrouvé ses droits » ont dénoncé les signataires, dans une lettre dont Hespress FR a obtenu une copie. « La justice est sciemment maintenue dans l’irrationnel absolu et le système dans son intégralité est paralysé par des pratiques inadmissibles », ajoutent-t-elles.

Les victimes de spoliations immobilières représentées par l’Association pour le Droit et la Justice au Maroc (ADJM), estiment n’avoir eu de cesse de solliciter et alerter toutes les institutions et ministères susceptibles de leur venir en aide aux victimes afin d’éradiquer les spoliations et les détournements d’héritages.

Elles regrettent que les directives royales exprimées le 26 décembre 2016 n’aient pas eu d’écho et « ne sont suivies d’aucun effet ».

« Le douloureux et amer constat qui s’impose, c’est qu’il est aujourd’hui totalement impossible aux victimes d’obtenir le respect de leurs droits malgré Vos directives », indiquent les victimes dans leur lettre adressée au Roi Mohammed VI.

« À ce jour, la situation sur ce thème extrêmement grave reste inchangée (…) La criminalité foncière et immobilière au travers de centaines de dossiers faisant des milliers de victimes dans tout le Royaume et au-delà, a des effets désastreux non seulement sur des citoyens et autres victimes trop souvent en situation de vulnérabilité, mais pèse aussi de tout son poids et terni l’image à l’international du Royaume tout entier »

Parmi les pays cités, se trouvent Israël, la France, l’Espagne, la Belgique, l’Angleterre, l’Autriche, et les Etats-Unis. Pour les victimes et l’association, ces manquements anéantissent « les progrès de réformes réalisées par le Souverain ».

« La corruption et la collusion sont devenues la pierre angulaire d’un système sans faille », indiquent les victimes qui s’étonnent et s’insurgent face à des situations où l’absence de toute volonté politique est remarquée.

Dans leur communiqué, les auteurs dénoncent un système judiciaire dans son intégralité ayant été « infiltré par des réseaux criminels » qui se seraient « implantés durablement dans toutes les institutions et administrations rendant ainsi impossible à quiconque qui se heurte à ce fléau d’obtenir le respect fondamental et légitime du droit à la propriété », rappelant que ce doit a jusqu’ici été l’une des caractéristiques intrinsèques de l’Etat de droit et de la démocratie au Maroc.

Et de critiquer la loi (39/08 article 2) de 2011 « destinée à favoriser les réseaux criminels plutôt que les victimes ».

L’association estime enfin, que « les menaces et autres extorsions devenues monnaie courante » et que les « défenseurs des victimes sont menacés de mort et harcelés au quotidien, les aberrations judiciaires banalisées, la justice est niée dans tout son ensemble, jusqu’à la négation des assassinats pourtant prouvés sans équivoque pour les dossiers les plus graves ».

Dans la lettre adressée au Roi Mohammed VI, l’association des victimes fait noter que ce « triste phénomène ne distingue pas la race, la nationalité, ni la confession, frappe des étrangers et touche aussi nombre de marocains résidents à l’étranger », ajoutant que ces derniers ont soit « perdu l’investissement d’une vie de labeur, ou trop souvent se font déposséder dès lors qu’ils sont confrontés au problème épineux de l’héritage, ajoutant l’injustice à la souffrance ».

L’association ADJM et les victimes rappellent en outre, qu’ils avaient déjà adressé un message auparavant et que ce nouvel appel est guidé par l’attachement absolu de Votre Majesté à la protection bienveillante de Vos sujets et des intérêts suprêmes du Royaume dont en tant que Souverain Amir Al Mouminine ».

« Vous êtes le seul et unique garant du respect fondamental de la justice pour tous, qu’ils soient citoyens, étrangers, ou résidents à l’étranger », affirment les victimes en s’adressant au Roi, se disant dans une situation d’ »extrême vulnérabilité ».

Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page