Un mois après y avoir renoncé, le Pérou fait volte-face et reconnait la RASD

C’est le paroxysme d’une bataille au plus au haut sommet de l’Etat péruvien. Miguel Rodríguez Mackay, le ministre des Affaires étrangères a présenté, vendredi 9 septembre, sa démission au président Pedro Castillo, évoquant des « divergences » notamment à propos des relations du Pérou avec le Polisario.

Nommé à la tête de la diplomatie péruvienne il y a un mois, Miguel Mackay avait voulu replacer son pays parmi les leaders régionaux en Amérique du Sud. L’une de ses premières décisions était le retrait de la reconnaissance de son pays à la RASD. Mais au début du mois de septembre, le président Castillo a annoncé, dans un tweet, le rétablissement des relations entre Lima et la RASD.

La démission de Rodríguez Mackay intervient après la révélation de plusieurs divergences entre sa position et celle du président sur des questions telles que l’adhésion du Pérou à la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDM) et la reconnaissance de la RASD.

Dans sa lettre de démission, Miguel Rodirguez a affirmé avoir travaillé « toujours avec une rigueur académique et professionnelle, guidé par les grandes figures et les leaders de la diplomatie péruvienne et du droit international ».

« À l’occasion de vous remercier de l’opportunité que vous m’avez offerte de diriger le ministère bicentenaire des Affaires étrangères, dont je suis issu des carrières administratives, je vous souhaite le succès que le Pérou mérite », conclut-il dans la lettre.

Avec la démission de Rodríguez Mackay, Castillo devra nommer le cinquième chef du ministère des affaires étrangères depuis son entrée en fonction en juillet 2021.

La décision de l’ancien chef de diplomatie péruvienne a été prise le 18 août, après que le ministre des affaires étrangères, qui avait pris ses fonctions deux semaines plus tôt, se soit entretenu par téléphone avec son homologue marocain Nasser Bourita.

À cette occasion, le ministère avait déclaré que les gouvernements péruvien et marocain avaient convenu de « renforcer leurs relations bilatérales » et que le pays andin « apprécie et respecte l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc et sa souveraineté nationale ».

Le Pérou a formellement initié des relations diplomatiques avec le Polisario en mai 1987, mais celles-ci ont été suspendues en septembre 1996 sous l’ancien président Alberto Fujimori (1990-2000). En septembre 2021, sous l’actuel gouvernement Castillo, le pays andin a annoncé le rétablissement des relations diplomatiques avec la RASD.

Continuer la lecture

Quitter la version mobile