Art & CultureMaroc Diplomatique

120.000 festivaliers ont vibré aux rythmes enchanteurs des fusions gnaoui

Quelque 120.000 festivaliers ont vibré aux rythmes enchanteurs des fusions, retrouvant dans quatre villes du Royaume la magie du Festival Gnaoua, qui compte parmi les événements les plus populaires et appréciés du paysage culturel, ont indiqué, samedi, les organisateurs du Gnaoua Festival Tour, placé sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Les quatre étapes du Festival, à savoir Essaouira, Marrakech, Casablanca et Rabat, ont rencontré un succès au-delà des espérances, ont-ils souligné dans un communiqué clôturant cette édition spéciale. « Le public a répondu en force et dans la joie, au même titre que les artistes, avec un dialogue qui se jouait sur scène, chaque soir, lors des 30 concerts du Festival », ont-ils ajouté.

Selon les organisateurs, les maâlems Gnaoua ont prouvé une fois de plus la force de leur patrimoine et le succès de l’échange, invitant des musiciens du monde entier à partager, à créer un dialogue renouvelé et à contribuer à l’enrichissement de la diversité culturelle et de la créativité humaine.

Le Gnaoua Festival Tour a été une véritable réussite avec plus de 150 artistes, dont 23 maâlems qui se sont produits lors de 30 concerts hauts en couleur et en émotion, outre une programmation artistique exceptionnelle pensée, créée et portée avec passion par les deux directeurs artistiques, le grand maâlem Abdeslam Alikane et le talentueux batteur Karim Ziad, a-t-on indiqué de même source.

Des moments de pure magie musicale lors des fusions resteront dans les annales, comme celles teintées de jazz d’Avishai Cohen Trio avec le saxophoniste Emile Parisien et l’accordéoniste Vincent Peirani en fusion avec le grand Hamid El Kasri en clôture de la tournée à Rabat, enrichie par la douceur de Nabyla Maan, celles chargées d’énergie du Trio Assala, ou des cubains de CimaFunk avec les maâlems Khalid Sansi et Ismail Rahil. Rappelant qu’en décembre 2019, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), qui considère le patrimoine culturel immatériel comme creuset de la diversité culturelle et garant du développement durable, a accordé le statut de patrimoine culturel immatériel de l’humanité aux Gnaoua, le communiqué précise que « La culture gnaoui ne cesse de gagner en popularité et en vitalité, au Maroc et à travers le monde », affirmant que les artistes présents lors de cette tournée exceptionnelle, musiciennes et musiciens issus du Maroc et des 15 pays invités, ont montré le pouvoir du brassage culturel lorsque les rencontres artistiques créent des ponts.

En outre, les musiciennes, qui étaient présentes en force, ont enchanté le public et conquis la presse à travers les performances des deux maâlemates, Asmaa Hamzaoui et la jeune Hind Ennaira, la Sénégalaise à la voix d’or Kya Loum, la gardienne du temple de la chanson marocaine, Soukaina Fahsi, l’envoûtante Hindi Zahra, la flûtiste virtuose Naïssam Jalal, la chanteuse Fama Mbaye venue de Mauritanie, la batteuse prodige américaine du Avishai Cohen Trio Roni Kaspi et la profonde Nabyla Maan, véritable trait d’union entre la musique contemporaine et la tradition arabo-andalouse.

L’organisation du Gnaoua Festival Tour vient le confirmer dans la foulée de 22 éditions à succès du Festival Gnaoua et Musiques du monde, relevant ainsi le pari de traverser les générations. Après deux années d’arrêt en raison du Covid-19, la tournée du festival à travers 4 villes est venue une fois de plus démontrer la remarquable capacité des Gnaoua à fédérer et participer à la promotion des valeurs d’ouverture, de tole rance et de partage.

Et la même source de rappeler que la productrice du festival, Neïla Tazi a, lors de la soirée de clôture, déclaré que les organisateurs ont depuis le début choisi d’aborder ce projet comme s’il s’agissait d’un trésor inépuisable qui attend d’être découvert et conquis, celui de « notre culture populaire et notre jeunesse ».

Le Gnaoua Festival Tour a été aussi l’occasion de permettre à la nouvelle génération des artistes gnaouis de montrer toute l’étendue de leur talent, aux côtés de plus grands noms de la tagnaouite, mettant en vedette la relève Gnaoua et les jeunes maâlems, qui ont repris le flambeau et sont devenus les garants de la pérennité.

Avec MAP

Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page