EconomieHibapress

Caisse de compensation : Le gouvernement mobilise 16 MMDH de crédits supplémentaires

En réponse aux questions des journalistes, lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre délégué chargé des relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas, tenue à l’issue du Conseil de gouvernement, M. Lekjaa a expliqué que la poursuite du soutien du gouvernement à la Caisse de compensation nécessite des crédits supplémentaires, dans le but d’accompagner la dynamique du marché international des produits subventionnés durant les 5 premiers mois de l’année en cours.

Avec la poursuite de la subvention par l’État des produits de base, les crédits alloués à la caisse de compensation passeront de 16 MMDH à plus de 32 MMDH dont plus de 9,8 MMDH réservés au gaz butane, 6 MMDH pour le blé importé et 200 millions de dirhams (MDH) pour le sucre.

Sur les 16 MMDH consacrés à la caisse de compensation dans le cadre de la loi des finances, 9,7 MMDH ont été dépensés à fin mai dernier pour subventionner le gaz butane, 3,3 MMDH pour le blé importé et 400 MDH pour le sucre importé.

En ce qui concerne l’évolution des charges de compensation, M. Lekjaa a précisé que les prévisions de la loi des finances 2022 ont été basées sur un prix du gaz butane de 450 dollars/tonne, notant qu’en 2022, « nous prévoyons un prix entre 800 et 850 dollars/tonne, sachant que le prix du gaz butane aujourd’hui se situe à 807 dollars la tonne ».

Suite à l’évolution de ces hypothèses, la moyenne de la subvention de l’Etat à la bouteille du gaz butane (12 KG) s’est élevée durant les 5 premiers mois de l’année en cours à 100 dirhams pour chaque bouteille, alors que les prévisions de la LF 2022 tablaient sur une subvention de 50 DH.

Par ailleurs, l’impact positif de l’évolution des ressources, notamment, les recettes des phosphates, permet à l’Etat d’assurer ces subventions ainsi que d’autres opérations de soutien, en particulier, la subvention dédiée aux professionnels du secteur du transport routier d’un montant de 452 MDH chaque mois pour maintenir la stabilité des prix du transport public, a fait valoir le ministre. Et de conclure que le gouvernement maintient les équilibres financiers sans avoir recours à une loi des finances rectificative, mettant en avant les efforts fournis par le gouvernement pour maintenir la stabilité des prix des produits de base et les équilibres macroéconomiques.

Le Conseil de gouvernement, réuni jeudi à Rabat sous la présidence du Chef du gouvernement Aziz Akhannouch, a adopté le projet de décret n°2.22.410 portant ouverture de crédits supplémentaires au profit du budget de fonctionnement-charges communes.

Ce décret vise à accompagner la dynamique du marché mondial des produits subventionnés durant les cinq premiers mois de cette année, marqués par d’importantes pressions et transformations en raison de la relance économique post-coronavirus et des répercussions des tensions géostratégiques dans certaines régions du monde, a indiqué le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas, lors d’un point de presse à l’issue du Conseil.

Ledit décret a également pour objectif de poursuivre la politique du gouvernement visant à protéger le pouvoir d’achat des citoyens via le maintien du prix de vente du gaz Butane au niveau national, ainsi que de garantir la stabilité des prix du sucre, a fait savoir le ministre, notant que ces actions ont engendré une hausse des charges de compensation comparativement avec les crédits ouverts au titre de la loi des finances 2022.

C’est dans ce sens que le gouvernement a décidé de recourir à l’ouverture de crédits supplémentaires de 16 milliards de dirhams (MMDH) pour couvrir les charges de compensation, a-t-il ajouté.


Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page