EconomieLe Site Info

hausse de la production d’énergie électrique en 2021

Le président de l’Autorité nationale de Régulation de l’électricité (ANRE), Abdellatif Bardach, a indiqué, mardi à la Chambre des représentants, que la puissance installée en énergie électrique a augmenté de 116 mégawatts (MW) en 2021.

Cette hausse est la résultante de l’adoption d’autres sources d’énergies renouvelables telles que le parc éolien de Oualidia (36 MW) et les centrales solaires de Zagora et de Missour (40×2 MW), a expliqué M. Bardach lors de sa présentation du rapport annuel de l’ANRE devant la commission des infrastructures, de l’énergie, des mines et de l’environnement, notant que l’année 2021 a été également marquée par le redémarrage d’une partie de la centrale thermique de Kénitra (75×3 MW).

Concernant la production d’électricité, le responsable a relevé que les centrales électriques fonctionnant au charbon prévalent toujours puisqu’elles réalisent 67,6% de la production totale, à laquelle vient s’ajouter la production à base de diesel (2,6%) et de gaz (8,3%, soulignant qu’en 2021, la part de l’énergie thermique a dépassé 78% de la production globale. Par ailleurs, la part des énergies renouvelables s’est élevée à 19,5% du mix électrique, a-t-il fait savoir, affirmant que les importations via les lignes d’interconnexion entre le Maroc et l’Espagne ont contribué à hauteur de 1,6% de l’énergie injectée.

S’agissant des énergies renouvelables, le président de l’ANRE a expliqué que la puissance installée a connu une progression importante en 2021, passant de 1.221 MW en l’an 2000 à 4.067 MW en 2021.

Il a également souligné que le mix électrique national a connu, par rapport à 2020, la création de trois installations à savoir le parc éolien de Oualidia et les centrales solaires de Zagora et de Missour.

En 2021, les centrales de production d’électricité à base d’énergies renouvelables ont contribué à hauteur de 7.972,8 GW/h à la part de l’énergie injectée contre 7.278,8 GW/h enregistrés en 2020, soit un changement annuel de +9,5 %, a-t-il indiqué. L’énergie renouvelable injectée au cours de l’année 2021 s’est élevée à 19,1% de l’énergie globale injectée dans le réseau de transport national contre 18,5% en 2020, a-t-il dit.

Par rapport à la demande en énergie, M. Bardach a fait savoir que l’énergie totale demandée en 2021 a augmenté de près de 6% par rapport à l’année précédente et de près de 4,3% par rapport à 2019, notant que cette demande a atteint le 12 juillet 2021 un maximum de 133,74 GW/h, soit une différence de près de 6% par rapport à une année auparavant.

La capacité maximale requise le même jour s’est élevée à 6.710 MW, soit une différence annuelle de 4,2% par rapport à 2020, a-t-il ajouté, relevant que la demande nationale, qui se reflète dans les raccordements du réseau de transport, a enregistré un bond de 5,8% par rapport à 2020.



Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page