L’Algérie «révise» les prix du gaz avec son principal client en Espagne

#Algérie : Le groupe public algérien des hydrocarbures Sonatrach a annoncé jeudi avoir signé un contrat avec son principal client en Espagne, Naturgy, pour «réviser» les prix du gaz qu’il lui fournit.

La nature de cette «révision» n’a pas été précisée mais Sonatrach a évoqué ces derniers mois, dans un contexte de crise diplomatique entre Alger et Madrid, une hausse des prix de son gaz vendu à l’Espagne.

Cette décision a été annoncée au moment où les cours ne cessent de grimper en raison des perturbations dans l’approvisionnement de l’Europe en gaz russe en raison de la guerre en Ukraine, pays envahi par la Russie.

«Sonatrach et son partenaire Naturgy ont convenu de réviser les prix des contrats de fourniture de gaz à long terme existants à la lumière de l’évolution du marché, assurant ainsi l’équilibre de leurs contrats sur une base gagnant-gagnant», a indiqué la compagnie algérienne dans un communiqué.

>>> LIRE AUSSI: L’Algérie a réduit de 25% ses livraisons de gaz à l’Espagne, selon el Economista

L’accord a été signé à Alger par le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar, et son homologue de Naturgy, Francisco Reynes Massanet.

Naturgy est le principal acheteur espagnol de gaz algérien. Le groupe espagnol est actionnaire à quasi parité (49%/51%) avec Sonatrach du pipeline Medgaz, qui relie directement l’Espagne aux champs gaziers algériens.

Selon Enagas, gestionnaire du réseau gazier espagnol, l’Algérie était en août le deuxième fournisseur de gaz de l’Espagne (24%) derrière les Etats-Unis (26,5%) et devant le Nigeria (15,3%).

La part du gaz algérien dans les importations espagnoles a fortement baissé ces derniers mois, tandis qu’elle représentait il y a peu encore 50% de ses importations.

>>> LIRE AUSSI: Gaz: après les Etats-Unis, la Russie chipe à l’Algérie la seconde place des fournisseurs de gaz à l’Espagne

Cette baisse est survenue sur fonds de graves tensions entre Alger et Madrid.

Le gouvernement algérien est très remonté contre l’Espagne depuis que le gouvernement du socialiste Pedro Sánchez a décidé, en mars, de soutenir le plan d’autonomie marocain pour le Sahara.

En réaction, les autorités algériennes ont suspendu début juin un traité de coopération avec l’Espagne.


Continuer la lecture

Quitter la version mobile