EconomieMaroc Diplomatique

le Maroc toujours en attente

Le commerce de Bitcoin en Afrique est en hausse historique. Actuellement, le trading de bitcoins sur les plates-formes peer-to-peer dans son ensemble a même dépassé le pic de la course haussière de 2017, selon les données du site d’analyse Useful Tulips. Au Maroc, Abdellatif Jouahri, Wali de Bank Al-Maghrib (BAM), a annoncé que le Maroc étudie un projet de loi visant à réglementer l’utilisation des crypto-monnaies.

Au cours de l’année 2021 le Ghana, le Kenya et la région d’Afrique centrale ont atteint de nouveaux sommets historiques dans le commerce de Bitcoin P2P, tandis que le Nigeria a également été très proche de battre son précédent record. Le regain d’intérêt est dû à deux facteurs : l’état actuel des économies en développement et les attentes dérivées de la prochaine réduction de moitié de Bitcoin.

Le Nigeria est la reine du commerce régional de bitcoins, avec environ 7,2 millions de dollars échangés la semaine dernière. Viennent ensuite le Kenya et l’Afrique du Sud avec respectivement 1,6 million usd et 1,1 million USD, qui ont été modifiés.

D’autres pays de la région ont déplacé moins de 1 million de dollars en BTC dans la même année, mais ont tout de même montré une augmentation significative de l’intérêt pour la crypto-monnaie.

Selon la Banque mondiale, l’Afrique subsaharienne est au bord de sa première récession en 25 ans, passant de 2,4% de croissance économique en 2019 à -5,1% en 2020.

« La croissance du PIB réel devrait fortement diminuer, en particulier dans les trois plus grandes économies de la région – le Nigeria, l’Angola et l’Afrique du Sud – en raison de la faiblesse persistante de la croissance et de la faiblesse persistante de l’investissement », a déclaré la Banque mondiale.

La situation en Afrique ressemble beaucoup à ce que connaissent plusieurs économies d’Amérique latine. Depuis quelque temps, l’inflation galopante et la dévaluation des monnaies nationales ont conduit certains traders à se tourner vers Bitcoin pour stocker et transférer de la valeur, alors qu’ils ont du mal à investir dans d’autres matières premières ou même à acheter des dollars.

L’Amérique latine et l’Afrique pourraient s’avérer être un terrain d’essai pour le statut de Bitcoin en tant que réserve de valeur en période de difficultés économiques.

Les transactions du Bitcoin toujours pas autorisées au Maroc

Les autorités marocaines ont longtemps informé que les crypto-monnaies ne sont pas autorisées comme moyen de paiement dans le royaume. Le dernier rappel a eu lieu quelques jours après que le fournisseur de services financiers MTDS a annoncé qu’il accepterait les Bitcoins à l’avenir. Aussitôt après, les autorités marocaines ont dû intervenir. Dans un communiqué, les deux institutions marocaines en charge de la question de la surveillance de la monnaie électronique ont informé que les Bitcoin sont des moyens de paiement non autorisés. Ces monnaies ne sont pas soumises à la surveillance gouvernementale et aux contrôles de valeur. L’utiliser comme moyen de paiement est donc illégal au Maroc et passible de sanctions. Des pénalités et des amendes peuvent être imposées sur toutes les transactions, tant nationales qu’internationales, où le paiement est effectué dans des devises non répertoriées par Bank Al Maghrib ou le Bureau de l’office des changes.

En 2021, 2,4% des Marocains étaient en possession de crypto-monnaies, selon une étude de la société de paiements cryptographiques Triple A, qui classe le Maroc en tant que 24e utilisateur mondial de monnaie cryptographique.

Les institutions du royaume se désolidarisent de cette pratique et ont déclaré que les crypto-monnaies fonctionnent dans un « système de paiement caché qui n’est soutenu par aucune institution financière ». Ils ont également souligné que « l’utilisation des crypto-monnaies présente des risques importants pour ses utilisateurs, car les crypto-monnaies sont associées à des activités illégales sur le Web, notamment l’achat et la vente de drogues, d’armes et de rançons.

Bank Al-Maghrib travaille sur un projet de loi pour l’utilisation légale des crypto-monnaies

Abdellatif Jouahri, le Wali de Bank Al-Maghrib (BAM), a annoncé en juin, qu’un projet de loi visant à réglementer l’utilisation des crypto-monnaies est prévu.

Lors d’un point de presse à l’issue de la deuxième réunion trimestrielle du conseil d’administration de BAM en 2022, le Wali de Bank Al-Maghrib a expliqué qu’un comité travaille à créer un cadre réglementaire approprié qui vise à combiner innovation, technologie et protection des consommateurs.

A cet égard, Jouahri a souligné que plusieurs aspects sont pris en compte lors de l’élaboration de la loi, notamment l’expérience mondiale en la matière. Il a souligné qu’un benchmarking est actuellement en cours avec le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale afin d’apporter les ajustements nécessaires à cet égard.

Il a également souligné que ce cadre juridique permettra également la mise à jour des lois anti-blanchiment et anti-financement du terrorisme.

Comme on le sait, BAM, le ministère de l’Economie et des Finances et l’Autorité marocaine des marchés des capitaux (AMMC) ont alerté le public sur les risques liés à l’utilisation des monnaies virtuelles, dont les plus importants sont le manque de protection des consommateurs, la volatilité du taux de change de ces monnaies virtuelles par rapport à une monnaie ayant cours légal, ainsi que l’utilisation de ces monnaies à des fins illégales ou criminelles, notamment le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

 

Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page