EconomieMaroc Diplomatique

Le Maroc veut sortir de la zone grise dès septembre

En début d’année 2021, le Maroc a été ajouté sur une liste internationale de surveillance du financement du terrorisme et du blanchiment d’argent, par le Groupe d’action financière (GAFI), une organisation internationale supervisant le financement du terrorisme et le blanchiment d’argent. Depuis, le Maroc a plusieurs fois amélioré sa législation et les mécanismes pour prouver que les transactions financières de et vers le Maroc sont transparentes. Lors de son dernier face à face avec les médias, le Wali de Bank Al Maghrib a précisé que le Maroc travaille à sortir de la liste grise.

En février 2021, le président du GAFI, organisation basée à Paris, a déclaré que l’organisation avait placé le Maroc, le Burkina Faso, le Sénégal et les îles Caïmans sur sa liste de surveillance.

L’inclusion du Maroc avec quatre pays, portait la liste dite grise se compose désormais de 19 pays et régions qui, selon le groupe, ne respectent pas ou seulement partiellement les règles internationales de lutte contre le financement du terrorisme et le blanchiment d’argent.

Les lacunes spécifiques de chacun de ces pays sont différentes, mais elles comprennent, selon le GAFI, la conservation des informations des bénéficiaires réels du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme, ainsi que l’expansion des opérations des services de renseignement financier de ces pays.

Selon le Wall Street Journal, le groupe évalue les lois anti-blanchiment d’argent et de financement du terrorisme dans 205 pays à travers le monde.

Par exemple, le GAFI a déclaré dans un rapport que le gouvernement des îles Caïmanes doit imposer des sanctions administratives efficaces et des mesures exécutoires aux entreprises impliquées dans des violations de blanchiment d’argent, et imposer des sanctions appropriées s’il n’y a pas d’informations précises et opportunes sur les vraies.

Cependant, le président du GAFI dit attendre des mesures appropriées de la part de pays qui présentent des risques liés au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme. Depuis lors, les autorités de ces pays n’ont pas réagi à leur inclusion dans la liste de surveillance.

Lors de sa traditionnelle conférence de presse à l’issue du deuxième Conseil trimestriel de la Bank Al Maghrib (BAM), le Wali Abdellatif Jouahri a exprimé son souhait que le Maroc quitte cette liste d’ici septembre, soulignant que des efforts sont déployés par des institutions telles que le siège de la Banque, les douanes, le Parquet et le ministère de l’Économie et des Finances.

Selon Jouahri, le Maroc accélère le processus de correction de son système national de lutte contre le blanchiment d’argent, en vue d’être retiré de la liste grise du Groupe d’action financière (GAFI) en septembre.

Dans le même temps, le Wali de BAM « Nous sommes dans les dernières étapes du voyage pour nous conformer aux recommandations de cet organe, et nous espérons quitter la liste grise en septembre », a-t-il déclaré.

Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page