ActualiteInternationalLe360Politique

Burkina Faso: ouverture du procès Dabo Boukary, le général Diendéré nie toute implication

#Autres pays : Poursuivi pour complicité dans l’arrestation en mai 1990 d’un groupe d’étudiants dont faisait partie Dabo Boukary, alors étudiant en 7e année de médecine, torturé à mort pendant sa détention par les soldats de la sécurité présidentielle, le général Gilbert Diendéré nie toute implication.

Le procès Dabo Boukary s’est ouvert le 19 septembre à Ouagadougou. Un procès très attendu par les familles des victimes, 32 ans après les faits. L’instruction laisse déjà présager un procès aux enjeux multiples. «Je crois que grosso modo, ce qu’on aura retenu, c’est que les accusés ont, comme d’habitude dans les affaires comme celle-là, des positions tout à fait affligeantes. Parce que leur narration des faits ne résiste à aucune critique, analyse objective minimale», a déclaré Me Prosper Farama, un des avocats des familles des victimes.

>>> LIRE AUSSI: Burkina Faso. Putsch manqué: le général Diendéré poursuivi pour « attentat à la sûreté de l’État et trahison »

Poursuivi avec deux autres militaires, à savoir Mamadou Bamba et Magloire Yougbaré (absent au procès), le général Diendéré est jugé pour «complicité d’arrestation illégale et séquestration aggravée, de complicité de coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner et de recel de cadavre». Pour avoir été à l’époque le commandant en chef du Centre national d’entraînement commando (CNEC), il encourt une peine allant de 20 à 30 ans de réclusion criminelle.

>>> LIRE AUSSI: Burkina Faso. Putsch manqué: 20 ans de prison pour Diendéré et 10 ans pour Bassolé

«Il s’est exprimé sur les questions qui lui ont été posées. Il leur a donné les réponses, ce qu’il a vécu en réalité. Il est resté constant sur ce qu’il sait, ce qu’il a fait. Ce qu’il n ‘a pas fait, il ne peut l’expliquer à la place des autres», a rétorqué Me Mathieu Somé, conseil du général Diendéré.

Pour cette troisième session de l’audience de la chambre criminelle de la cour d’appel de Ouagadougou, les dossiers inscrits vont des crimes de sang aux crimes économiques. Également une large palette d’infractions au-delà des dossiers dits emblématiques. L’audience se poursuit mardi. L’objectif de la présente procédure, à en croire les autorités judiciaires, est de faire éclater la vérité afin que justice soit rendue aux victimes.


Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page