InternationalLe Site Info

Variole du singe en Afrique: les derniers chiffres de l’OMS

Sept pays africains ont signalé environ 1.400 cas de variole du singe, dont 1392 cas suspectés et 44 confirmés, depuis le début de l’année, a annoncé, mardi, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans un communiqué.

Les cas ont été signalés au Cameroun, en République Centrafricaine, en République démocratique du Congo (RDC), au Liberia, au Nigeria, en République du Congo et en Sierra Leone, indique l’organisation mondiale.

Le nombre de cas signalés en 2022 est légèrement inférieur à la moitié des cas enregistrés en 2021, ajoute le communiqué publié par le bureau régional de l’OMS pour l’Afrique.

Bien que le virus ne se soit pas étendu à de nouveaux pays non endémiques en Afrique, sa portée géographique au sein des pays où des foyers sont apparus s’est élargie ces dernières années. Au Nigeria, la variole du singe a été signalée principalement dans le sud du pays jusqu’en 2019 et, depuis 2020, le virus s’est étendu aux régions du centre, de l’est et du nord du pays.

« Nous devons éviter d’avoir deux ripostes différentes à la variole du singe – une pour les pays occidentaux qui ne connaissent pas de transmissions importantes et une autre pour l’Afrique », a déclaré Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, citée dans le communiqué.

« Nous devons travailler ensemble et mener des actions conjointes au niveau mondial qui prennent en compte l’expérience, l’expertise et les besoins de l’Afrique. C’est la seule façon de s’assurer de renforcer la surveillance et de mieux comprendre l’évolution de la maladie, tout en généralisant la préparation et la riposte pour endiguer toute propagation », ajoute-t-elle.

La variole du singe a été détectée pour la première fois chez l’homme en 1970 dans la région africaine et depuis lors, la plupart des cas ont été signalés dans les zones rurales et les forêts tropicales.

« L’Afrique a réussi à contenir des épidémies de variole du singe dans le passé et, d’après ce que nous savons du virus et de ses modes de transmission, la hausse du nombre de cas peut être arrêtée », a indiqué Mme Moeti.

« Il est essentiel que le continent ait un accès égal aux vaccins efficaces contre la variole du singe et que nous nous assurons que les doses parviennent à toutes les communautés dans le besoin au niveau mondial. Si des parties du continent ont pu développer une certaine immunité contre la maladie, certaines populations sont particulièrement vulnérables, comme les professionnels de santé et les contacts des cas », a-t-elle souligné.

La variole du singe est une maladie virale qui peut se transmettre de l’animal à l’homme, mais aussi d’une personne à l’autre, par un contact étroit avec une personne infectée et/ou des objets, notamment des vêtements et des draps, ainsi que des gouttelettes respiratoires. Les symptômes, qui durent entre deux à quatre semaines, comprennent généralement une éruption cutanée ou des lésions, de la fièvre, des maux de tête intenses, des douleurs musculaires, des maux de dos, une baisse d’énergie et des ganglions lymphatiques enflés. Chez de nombreux patients, les symptômes disparaissent d’eux-mêmes, mais des cas graves et même la mort peuvent survenir.

Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page