Art & CultureAujourd'hui le Maroc

Cinquante-deux œuvres d’art rares sous le marteau

La CMOOA célèbre sa 75ème vente aux enchères à Casablanca

La Compagnie marocaine des œuvres et objets d’art s’apprête à célébrer sa 75ème vente aux enchères le 22 juin 2022 à Casablanca. Cette manifestation mettra à l’honneur près de cinquante-deux œuvres d’art très rares dont des œuvres majeures de Farid Belkahia, Mohamed Melehi, Mohammed Kacimi et autres. «Nous avons poursuivi le travail entamé, il y a plusieurs mois, afin de dévoiler des œuvres emblématiques issues de collections privées de feu Moulay Ahmed Laraki, Fadel Iraki, Monsieur et Madame Bencheikh, la famille Sebti-Bennani Smires, la famille Boccara et de feu Jean-Claude Frendo», indique Hicham Daoudi, président fondateur de la Compagnie, lors d’une rencontre organisée à Casablanca. Et d’ajouter : «La sélection d’œuvres permettra de mieux cerner les passerelles artistiques qui ont rapproché les aventures modernes du Maghreb et du Machrek au milieu des années 70 mais également d’apprécier les recherches des artistes du «Mouvement de Casablanca»».
Des œuvres phares de Farid Belkahia à l’honneur

La vente donne à découvrir une œuvre phare de Farid Belkahia, issue de la collection privée de feu Moulay Ahmed Laraki. L’œuvre révèle une pratique peu connue qui était néanmoins très en vogue chez les artistes du groupe de Casablanca soutenant l’hypothèse d’une autre diffusion de l’art grâce à l’architecture sortant des schémas traditionnels et des normes occidentales. «Dans cette œuvre, nous retrouvons la symbolique gestuelle de Farid Belkahia développée à la fin des années 60 où se mêlent matériaux issus de notre culture populaire et certains graphismes «onduleux», chers au groupe de Casablanca», explique-t-il. Les amateurs d’art pourront ainsi distinguer l’œuvre «Bataille» réalisée en 1962 par Belkahia. «Réalisée sous forme d’ébauche avant d’être exécutée sur cuivre vers 1964-1965. Comme pour ses peintures, Belkahia reproduit des personnages fortement stylisés, souvent allongés qui font référence au chaos d’une scène de bataille».

Des œuvres de Melehi, Cherkaoui, Miloud Labied et autres
La vente propose par ailleurs d’autres œuvres inédites de Mohamed Melehi, André ElBaz, Ahmed Cherkaoui, Miloud Labied, Mohammed Kacimi, Jacques Azéma, mais aussi de Charles Hossein Zenderoudi, Bernard Buffet, Edouard-Marcel Sandoz et Dia Azzawi.
Lors de cette vacation seront aussi présentées des œuvres figuratives et orientalistes de Hossein Tallal, Hassan El Glaoui, Jean-Gaston Mantel et André Hambourg. La grande Chaibia, inclassable parmi les courants évoqués, figurera en bonne place avec de rares œuvres des années 1960-1970.

L’art marocain sollicité par des institutions étrangères
Lors de cette rencontre, M. Daoudi n’a pas manqué de souligner que le paysage des acquéreurs d’œuvres d’art change. Selon lui, la plupart des œuvres d’art qui font un grand prix quittent le Maroc. Elles sont achetées par des institutions étrangères. «Lors de la précédente vente, les œuvres d’art de Belkahia ont essentiellement été achetés par des collectionneurs américains», dit-il. L’art marocain est également sollicité par les collectionneurs arabes. «On a eu longtemps le collectionneur palestinien Ramzi Daloul, un grand acheteur des œuvres d’art d’artistes marocains. Il a voulu faire un musée dédié à tous les pays arabes».


Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page