Aujourd'hui le MarocEconomie

Déficit commercial : Le gouffre continue de se creuser

Une aggravation de 53,5% relevée à fin juillet

Nette aggravation du déficit commercial au titre des sept premiers mois de juillet. Selon les derniers indicateurs mensuels des échanges extérieurs, l’écart s’est creusé de 53,5%, soit 63,69 milliards de dirhams portant. Le déficit est ainsi porté à -183,46 milliards de dirhams contre -119,5 milliards de dirhams une année auparavant. Ce creusement résulte en effet du gouffre existant entre les importations et les exportations. Les achats du Maroc se sont en effet consolidés de 135,09 milliards de dirhams à fin juillet contre une amélioration de 71,12 milliards de dirhams pour les expéditions. A cet égard, le taux de couverture perd 2,1 points passant en une année de 59,4 à 57,3%. Détails.

Hausse de plus de 135 milliards DH des importations

A fin juillet, les importations marquent une hausse de 45,9%, soit un accroissement de plus de 135 milliards de dirhams. Elles se sont ainsi établies à 429,55 milliards de dirhams contre 294,45 milliards de dirhams à la même période de l’année précédente. «La hausse des importations de biens touche la majorité des groupes de produits», observe dans ce sens l’Office des changes dans sa publication. Ainsi, la facture énergétique a plus que doublé au titre des sept premiers mois de l’année. Elle s’est élevée à 88,114 milliards de dirhams à fin juillet contre 38,77 milliards de dirhams une année auparavant. Une évolution qui résulte de la progression des achats des principaux produits énergétiques, notamment ceux du gas-oils et fuel-oils (+23,73 milliards DH) due à l’élévation des prix qui ont plus que doublé (9.990DH/T contre 4.826DH/T).

En parallèle, les quantités importées augmentent de 9,4%. Par ailleurs, les importations des demi-produits augmentent de 55,6%, suite à la forte croissance des achats de l’ammoniac s’élevant à 12,22 milliards de dirhams contre seulement 3,46 milliards de dirhams. Les achats des produits alimentaires ont grimpé de 52,8%, soit une consolidation de l’ordre de 18,79 milliards de dirhams par rapport à la même période de l’année précédente. L’office des changes attribue cette évolution à l’accroissement de 99% des achats du blé de 99% dû à l’effet prix en augmentation de 55,3%. Les importations de l’orge ont pour leur part connu une augmentation de 2,7 milliards de dirhams passant ainsi de 400 millions de dirhams en juillet 2021 à 3,170 milliards de dirhams à fin juillet 2022. L’Office des changes observe également une hausse de 80,3% des importations des produits expliquée par la hausse des achats des soufres bruts et non raffinés qui ont presque triplé (+8,84 milliards DH).

246,08 milliards de dirhams exportés

Pour ce qui est des exportations, elles ont atteint une valeur de 246,08 milliards de dirhams contre 174,95 milliards de dirhams une année plus tôt marquant ainsi une progression de 40,7%. La totalité des secteurs a affiché une bonne dynamique à l’export au titre des sept premiers mois. On note ainsi une hausse de 81,1% des ventes des phosphates et dérivés pour un montant global de 68,77 milliards de dirhams. «Cette évolution fait suite, principalement, à l’augmentation des ventes des engrais naturels et chimiques (+22,79 milliards DH) due à l’effet prix qui a plus que doublé (8.823DH/T à fin juillet 2022 contre seulement 3.897 DH/T à fin juillet 2021). En revanche, les quantités exportées baissent de 14,3%», explique l’Office des changes.

Les exportations automobiles se sont appréciées de 31,6% pour atteindre à fin juillet les 59,65 milliards de dirhams , se situant ainsi à leur plus haut niveau la même période au cours des cinq dernières années. Les ventes du secteur agriculture et agroalimentaire ont atteint les 50,016 milliards de dirhams à fin juillet 2022 contre 40,56 milliards de dirhams au titre de la même période de l’année précédente, marquant une augmentation de 23,3%, soit un additionnel de 9,44 milliards de dirhams. «Cette évolution s’explique par la hausse simultanée des ventes de l’industrie alimentaire (+27,8% ou +5,52 milliards DH) et celles de l’agriculture, sylviculture et chasse (+18,5% ou +3,67 milliards DH)». Par ailleurs, les exportations du textile et cuir s’accroissent de 28,8% ou +5,73 milliards DH au titre des sept premiers mois de l’année 2022. Cette évolution est attribuable à la hausse des ventes des principaux segments de ce secteur, en l’occurrence des vêtements confectionnés (+31,2%), des articles de bonneterie (+23,6%) et des chaussures (+28,1%).

Plus de 36 milliards DH de recettes voyages

A fin juillet, les recettes voyages ont plus que doublé. Elles se sont ainsi établies à 36,66 milliards de dirhams contre 13,13 milliards de dirhams une année auparavant. Se référant à l’Office des changes, ces recettes affichent une hausse de 60,8% par rapport à la même période de l’année 2020 et accusent une baisse de 11,6% par rapport à fin juillet 2019. Les dépenses voyages se sont situées pour leur part à 8,51 milliards de dirhams. Un niveau qui reste en deçà de ceux enregistrés en 2018 (10,54 milliards DH) et en 2019 (11,79 milliards DH). A cet égard, la balance voyage ressort excédentaire à 28,15 milliards de dirhams contre 8,14 milliards de dirhams à fin juillet 2021. S’agissant des transferts des Marocains du monde, ils ont atteint à fin juillet 2022 les 58,23 milliards de dirhams alors qu’ils se situaient autour de 54,19 milliards de dirhams à la même période de l’année précédente marquant ainsi une hausse de 7,4%.

Hausse de 40,3% des IDE

En termes d’investissements, les recettes IDE se sont consolidées de 40,3% en glissement annuel se situant ainsi autour de 23,78 milliards de dirhams contre 16,95 milliards de dirhams une année plus tôt. Les dépenses ont marqué une rétraction de 14,2% perdant ainsi 1,01 milliard de dirhams de leur valeur comparé à la même période de l’année précédente. De ce fait, le flux net des IDE a augmenté de 80,3% passant de 9,77 milliards de dirhams à fin juillet 2021 à 17,62 milliards de dirhams à fin juillet 2022. De même, les investissements directs marocains à l’étranger (IDME) se sont situés à 10,38 milliards de dirhams, affichant une baisse de 7,6% par rapport à la même période de l’année précédente. De leur côté, les cessions de ces investissements se sont élevées à 7,12 milliards de dirhams en baisse de 23,9%. Ainsi, le flux net des IDME a augmenté de 72,6% gagnant ainsi 1,37 milliard en glissement annuel.

 


Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page