Aujourd'hui le MarocEconomie

Guelmim-Oued Noun passe à la vitesse supérieure

La région est dotée d’un Modèle de développement économique durable

D’une population totale de plus de 433.757 personnes selon le recensement de 2014, la région de Guelmim-Oued Noun veut aller plus vite pour rattraper le retard enregistré par rapport aux autres régions du Royaume, et pour s’imposer en tant que centre économique incontournable reliant le Nord et le Sud du Royaume, surtout que cette partie du Royaume était pendant des siècles l’un des grands carrefours commerciaux, et une passerelle entre l’Afrique et les autres zones du Maroc et l’Europe.

Celle région est dotée d’un modèle de développement économique durable qui en fait un chantier à ciel ouvert pour la promotion du progrès. Dans ce sens, une série de chantiers y est ouverte actuellement et qui marque une véritable mue économique et sociale avec une enveloppe budgétaire de plusieurs milliards de dirhams.

Lancé par Sa Majesté le Roi en février 2016, ce modèle porte sur un portefeuille de projets structurants pour induire le décollage économique et rehausser les indicateurs économiques afin de faire de cette région un pont vers l’Afrique,

 

dont le projet de la voie express reliant Tiznit et Laâyoune et qui passera par la région de Guelmim. Ce dernier représente une aubaine pour la population locale et permettra de désenclaver cette zone laissée à l’abandon durant des années.

Très attendu par la population locale, cet axe routier est un levier important pour l’investissement, et impactera positivement et directement la porte du Sahara marocain dans la mesure où il contribuera dans son rayonnement et renforcera certainement sa compétitivité surtout qu’elle jouit d’importants atouts économiques sous-exploités à l’image de ses sites touristiques encore vierges dont la Plage Blanche et les oasis d’Asrir et Tighmret méconnues du grand public. Et pour désenclaver davantage cette région, celle-ci a été dotée en janvier 2019 d’un nouvel aéroport qui a mobilisé 273 millions de DH.

Les travaux battent également leur plein au niveau du barrage de Fask et se poursuivent selon le calendrier prévu. Ceux-ci ont atteint aujourd’hui plus de 72%. Ce mégaprojet protégera la ville de Guelmim contre les inondations et évitera

ainsi la reproduction du scénario de 2014, et permettra d’irriguer de 20 mille ha de périmètre agricole, et ce pour un investissement total de 1,5 milliard de DH. Guelmim-Oued Noun sera également la deuxième région des provinces du Sud après Dakhla à se doter d’une station de dessalement de l’eau de mer pour l’irrigation et qui couvrira 5.000 ha. A cela s’ajoute la création d’une zone industrielle à Tan-Tan en vue de donner un nouvel élan à la dynamique socio-économique locale et aux efforts visant à drainer plus d’investissements.

Par ailleurs, cette région veut aujourd’hui revoir son Programme de développement régional (PDR), à travers notamment l’élaboration d’un nouveau document, et qui constituera la traduction territoriale d’une vision stratégique et prospective, ainsi que la déclinaison de choix de développement cohérent et équilibré à l’échelle de tout le territoire régional.

Pour conclure, les nombreux chantiers mis en œuvre laissent présager un avenir prometteur pour une région vouée à être un pôle économique incontournable et un véritable hub régional et international.


Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page