Art & CultureAujourd'hui le Maroc

«Pour qu’une de mes œuvres soit de sortie, il ne faut pas que son thème soit consommé»

Questions à Douzi, chanteur marocain

L’artiste Douzi, de son prénom Abdelkader, prépare un nouveau duo. Il en révèle quelques contours ainsi que ses projets. Le tout en s’exprimant sur les particularités de ses œuvres.

 

ALM : Après «Mustahil» (Impossible), vous vous apprêtez à lancer un autre single. Pourriez-vous nous en dire plus ?
Douzi : Tout à fait, j’ai un duo avec «Lhor» qui est d’abord un ami très cher. C’est un honneur pour moi de collaborer avec lui. Je suis parmi les fans de son style, ses paroles et thèmes. C’est une œuvre dont je suis fier. J’espère qu’elle sera appréciée du public. Déjà, des photos ont été partagées sur les réseaux sociaux alors que nous n’avions pas encore parlé du sujet du single ou son clip tourné dans différents lieux à Rabat, notamment ceux historiques comme Chellah. En tous cas, le single sera bientôt de sortie. Je pense que ce sera le mois prochain.

Vous lancez souvent de nouveaux singles. Quelles sont les particularités auxquelles vous pensez en prélude avant ces sorties ?
Par exemple, quand je travaillais avec mon équipe sur «Mustahil» (Impossible), nous avions des doutes sur l’appréciation de ce single. En tout, avant que je n’interprète une œuvre, il faut qu’elle me touche. Pour qu’elle soit de sortie, il ne faut pas que son thème soit consommé. Du moment que je l’ai chantée j’avais la conviction que «Mustahil» est une œuvre honorable, bonne et qui mérite d’être présentée à mon public qui attend toujours mes nouveautés. Mais, nous ne nous attendions pas à une diffusion énorme et rapide. Les mélomanes ont bien interagi avec cette œuvre lancée dans un nouveau style musical surtout que le sujet n’est pas consommé. Je pense que cela en a fait le succès.

Qu’en est-il de son vidéoclip? Comment l’avez-vous préparé ?
Il est toujours dans mon habitude d’innover et de lancer mes œuvres en vidéoclips. J’ai donc essayé de travailler sur une vidéo qui n’est pas également consommée. Il était prévu qu’elle soit tournée au Maroc. Et le clip devait avoir un scénario avec un contenu différent et un nouveau concept de tournage. Mais vu les circonstances particulières de Covid et les frontières qui étaient fermées, nous n’avons pas pu le tourner au Maroc. C’est pour cela que nous sommes partis en Turquie pour le tourner en collaboration avec le réalisateur dont je suis habitué dans d’autres œuvres comme «Bikhtissar» (Bref), «Lmouja» (La vague), «Khellouha Tehder» (Laissez-la parler). Quand je lui ai proposé «Mustahil», il l’a vraiment apprécié et il m’a proposé une idée de clip que j’ai également aimé. C’est ainsi que je suis parti en Turquie pour tourner dans un style qui va avec le titre.

Et où en êtes-vous dans votre tube irakien avec Anghami ?
Le single irakien est produit par la société Anghami avec laquelle j’ai traité avant Covid qui a fait que ce morceau soit de sortie en retard. C’est une œuvre que j’ai beaucoup aimée. Je trouve aussi qu’elle sera appréciée par mon public ainsi que celui du monde arabe qui parle une langue ou un dialecte qui est largement diffusé. Il sera bientôt de sortie aussi. Déjà, il était enregistré dans un style différent. Mais il s’est avéré que nous devions y introduire des changements parce que la musique évolue rapidement. Donc nous devons les accompagner. Pour l’heure, nous y apportons des modifications pour lancement bientôt.

Auriez-vous d’autres projets?
J’avais beaucoup de duos. Parfois il y a des problèmes d’enregistrement où des cordes vocales de certains artistes ne concordent pas. Un artiste a ses propres occupations, agenda à l’étranger et ses œuvres, donc il est difficile de rassembler deux artistes en même temps dans un projet. Pour l’heure, nous avons des duos et des surprises que nous annoncerons bientôt avec des chanteurs du monde arabe et de l’étranger dont je préfère ne pas gâcher le charme maintenant. Il y a aussi des tournées après la reprise des activités. Maintenant, nous pouvons rencontrer notre public. Nous sommes passés par des moments plus difficiles, ce qui a fait que le public soit à l’affût de soirées qui sont en forte demande pour tous les artistes. Pour le moment, j’ai une tournée dans plusieurs villes en Espagne, Londres, voire au Maroc. Mais la plus grande tournée sera après l’été aux Etats-Unis, Canada et d’autres pays européens.

 


Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page